Bordeaux : Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret à la direction de l'Ecole nationale de la magistrature

MAGISTRATURE Le garde des sceaux présente ce lundi sa réforme de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM), l'établissement situé à Bordeaux (Gironde) qui forme les futurs magistrats

M.B. avec AFP
— 
L'Ecole Nationale de la Magistrature à Bordeaux.
L'Ecole Nationale de la Magistrature à Bordeaux. — Clément Carpentier / 20 Minutes

Une femme non-magistrate, pour prendre la direction de l'Ecole nationale de la magistrature. Eric Dupond-Moretti présente ce lundi les « grands chantiers » qu’il entend mettre en œuvre pour réformer l’ENM, l’école qui forme les futurs magistrats, basée à Bordeaux.

« J’ai décidé de proposer à la signature de monsieur le président de la République le nom du 17e directeur, et pour la première fois dans l’histoire de l’école, ce directeur sera une directrice », a ainsi déclaré ce lundi le ministre de la Justice, avant de saluer « une femme d’exception, Maitre Nathalie Roret, actuelle vice-batonnière du barreau de Paris ».

L’Ecole nationale de la magistrature sera donc, pour la première fois de son histoire, dirigée par une femme, et pour la première fois aussi non issue de la magistrature. Elle devra « dépoussiérer » l'institution, a ajouté le ministre. 

Il jugeait l’école « incapable » de former correctement les futurs magistrats

Alors avocat, Eric Dupond-Moretti avait plaidé dans un livre publié en 2018 pour la suppression pure et simple de l'ENM, jugeant cette école « incapable » de former correctement les futurs magistrats. Elle « encaste les jeunes gens dans un moule dont ils ne sortiront jamais », avait-il expliqué. « J’ai avancé, bien avant d’être garde des Sceaux, l’idée d’une suppression de cette institution pour la transformer en une école de formation commune des magistrats et des avocats, a-t-il précisé ce lundi. Car j’ai la conviction qu’une justice de qualité ne peut être rendue sans le concours des avocats. »

« Je n'aurai pas le temps d'opérer une refonte totale » de l'ENM, a poursuivi le ministre, « mais je ne renonce certainement pas à ouvrir davantage cette école. L'ouverture c'est d'abord rompre avec des traditions surannées, c'est rompre avec la tentation du vase clos et de l'entre-soi, c'est vouloir réfléchir et débattre autrement qu'entre pairs ».

« Nouvelles orientations »

Nathalie Roret, avocate pénaliste, a prêté serment en 1989 et est membre du comité d'éthique du Barreau de Paris depuis 2015 et vice-bâtonnière depuis 2020.

« La richesse de son parcours (...) son engagement aux côtés des justiciables, notamment dans le domaine de la médiation, sont le garant des qualités qu'elle exprimera à la tête de cette école », a ajouté Eric Dupond-Moretti, « et j'ai la certitude que Mme la bâtonnière en qualité de nouvelle directrice saura mettre en œuvre avec le Conseil d’administration ces nouvelles orientations ».

Créée en 1958, l'ENM forme chaque année environ 350 magistrats.