Bordeaux : Le nouveau maire EELV veut supprimer le sapin de Noël, « un arbre mort », de la place Pey-Berland

TRADITION Pierre Hurmic dit ne plus vouloir « d'arbres morts sur les places de la ville »... Une pétition est lancée ce vendredi pour le maintien du sapin de Noël à Bordeaux

Mickaël Bosredon

— 

Le traditionnel arbre de Noël de la place Pey-Berland à Bordeaux
Le traditionnel arbre de Noël de la place Pey-Berland à Bordeaux — M.Bosredon/20 Minutes
  • Le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic a annoncé jeudi qu’il ne voulait plus du traditionnel sapin de Noël sur la place Pey-Berland
  • Il explique qu’il ne veut plus « mettre des arbres morts sur les places de la ville ».
  • L’opposition réagit vivement parlant « d’entorse aux traditions et à l’image de Bordeaux ».

La surprise de la rentrée. Jeudi, lors d’une conférence de presse, le nouveau maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic, a glissé parmi toute une batterie de mesures, qu’il supprimerait le traditionnel arbre de Noël de la place Pey-Berland. « Nous ne mettrons pas des arbres morts sur les places de la ville et notamment la place Pey-Berland. Je garde le souvenir de cet arbre mort qu’on faisait venir tous les ans… Ce n’est pas du tout notre conception de la végétalisation », a justifié le maire écolo de Bordeaux.

Une décision qui n’a pas tardé à faire réagir dans la sphère politique et au-delà, et pas qu'à Bordeaux. L’opposant MoDem Fabien Robert, et ancien premier adjoint à la mairie, a glissé sur Twitter un « Bordeaux, ville triste ».

Pour le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand, « le sapin de Noël comme le Tour de France sont des traditions qui nous unissent ». Référence évidemment à une autre annonce qui a fait polémique cette semaine, lorsque le nouveau maire EELV de Lyon Grégory Doucet a critiqué le Tour de France, événement « machiste » et « pas écoresponsable. »

20 Minutes apprend ce vendredi qu’une pétition est lancée sur change.org, « pour le maintien de ce sapin, symbole de tradition, de fête et de magie pour les petits comme les grands. Nous ne voulons pas que Bordeaux devienne une ville triste, en particulier lors des fêtes de fin d’année. »

« Une entorse à la tradition des fêtes familiales et de fin d’année »

Contacté ce vendredi par 20 Minutes, le conseiller municipal d’opposition Fabien Robert réagit vivement à cette décision. « Ce n’est pas le sujet prioritaire à Bordeaux, et il ne faut pas que ce sapin devienne l’arbre qui cache la forêt des problèmes. Mais c’est pathétique. Pierre Hurmic expliquait il y a quelques jours à la radio qu’il n’était pas là pour faire de la com, si ça ce n’est pas de la com qu’est-ce que c’est ? C’est purement de la communication pour faire plaisir à une minorité de personnes qui ont un problème avec le fait qu’on coupe des arbres pour en faire de la décoration, ce que je peux entendre, mais on parle des fêtes de fin d’année, des rassemblements familiaux. Je ne parle pas de religion, mais de tradition. De mon point de vue, c’est une entorse à la tradition des fêtes familiales et de fin d’année. »

L’ancien adjoint à la culture de Bordeaux estime aussi que « c’est une entorse à l’image de Bordeaux ». « Ce sapin, extrêmement lumineux, devant la rosace de la cathédrale, combien de fois l’avons-nous vu sur Twitter, Facebook, Instagram ? Nous sommes à l’époque de l’image et on dégrade l’image de Bordeaux. » Pour l’élu MoDem, « tout ceci est emblématique de ce qu’il se passe en France avec ces mairies écologistes qui contrairement à ce qu’elles disent s’attaquent à des symboles de la France, comme le Tour de France ».

Un coût trop élevé ?

Les écologistes mettent de leur côté en avant le coût de ce sapin de Noël, qui s’établirait à « plusieurs dizaines de milliers d’euros » et assurent qu’ils remplaceront cet arbre par des spectacles vivant place Pey-Berland.

Face à la polémique qui monte, le maire Pierre Hurmic a réagi ce vendredi sur LCI, expliquant « qu'il n'y aura pas cet arbre à Noël à Bordeaux, mais il y aura beaucoup mieux, car nous voulons animer cette place (...) On a quand même le droit quand on est maire d'une ville, de dire que l'on va choisir un type d'animation un peu plus vivant pour les fêtes de Noël, plutôt que de faire venir à grand frais un arbre coupé. »

« Faisons les deux, rien n’empêche d’ajouter à l’arbre de Noël des spectacles, même s’il y a déjà un programme de festivités de Noël dans cette ville », rétorque Fabien Robert. L’élu rappelle au passage que la place Pey-Berland avait été aménagée il y a vingt ans pour accueillir cet arbre de Noël : « La place a été réfléchie avec le sapin, nous avions dit aux architectes de prendre en compte le sapin de Noël. »