Coronavirus à Bordeaux : « N’ayez pas peur de revenir ! » L'appel des scènes culturelles de la métropole au retour du public

CULTURE Six scènes culturelles bordelaises labellisées par le ministère de la Culture, s’unissent à l’aube d’une saison à haut risque pour elles

Mickaël Bosredon

— 

L'Opéra de Bordeaux propose sur la scène de l'auditorium, La Traviata à partir du 17 septembre
L'Opéra de Bordeaux propose sur la scène de l'auditorium, La Traviata à partir du 17 septembre — Mirco-Maggliocca
  • Les scènes culturelles rouvrent en cette rentrée, alors que beaucoup d’entre elles sont restées fermées au public depuis mars dernier.
  • Six scènes bordelaises labellisées, en profitent pour s’unir et annoncent la création du collectif Scènes Ensemble.
  • L’objectif est de communiquer d’une seule voix en cette rentrée, et de montrer la richesse et la diversité de leur programmation, pour faire revenir le public.

Faire front face au Covid-19. Une conférence de rentrée commune, et un document programmatique qui sera distribué aux Bordelais, présentant leurs 84 spectacles à venir d’ici à décembre : cette année, six des scènes culturelles labellisées de la métropole de Bordeaux, la jouent complémentaires. Objectif : faire revenir les spectateurs en nombre dans les salles, dès la rentrée, alors que se profile une saison à haut risque.

Si la crise force ainsi le secteur du spectacle vivant à se réinventer, l’idée de ce collectif, qui prend le nom de Scènes ensemble, était déjà dans l’air du temps depuis un moment, insistent toutefois les responsables de la scène du Carré-Colonnes, du Glob Théâtre, de La Manufacture, de l’Opéra national, des Quatre Saisons et du Théâtre national Bordeaux-Aquitaine (TnBA).

« Relancer une dynamique absente depuis plusieurs mois »

L’idée a en effet émergé il y a plusieurs années, et « notre première réunion remonte au 16 janvier » assure Stéphan Lauret, directeur de La Manufacture. Mais elle « prend aujourd’hui d'autant plus de sens, face à la nécessité de défendre d’une seule et même voix le spectacle vivant », écrivent les six établissements dans un communiqué.

« La crise de la Covid a mis à mal le secteur du spectacle vivant qui était déjà très fragile, analyse encore Stéphan Lauret. Nous savions que la rentrée allait être complexe, d’où l’idée de la parution d’un document commun. Il est primordial de relancer une dynamique absente depuis plusieurs mois. »

« L’accès à la culture est un droit, ce n’est pas un superflu ni un luxe »

« Une de nos préoccupations, poursuit Hélène Debacker, secrétaire générale de la scène du Carré-Colonnes, a été de nous demander si le public allait revenir. C’est pourquoi nous voulions un acte fort, et dire : N’ayez pas peur de revenir. On a besoin d’une rentrée joyeuse, besoin du retour du public dans nos salles. » Un accueil qui se fera dans le respect des règles sanitaires, que ce soit pour le public comme pour les artistes, assurent les responsables, qui devront s'adapter face à l'évolution de la situation sanitaire.

Administrateur général de l’Opéra de Bordeaux, Olivier Lombardie explique de son côté qu’il « nous semblait important de rappeler quelques principes fondamentaux. » « Par exemple que l’accès à la culture est un droit. La culture est un enjeu de société fondamental, nos activités sont indispensables à la vie de la nation, ce n’est pas un superflu ni un luxe. »

Ces six scènes « représentent près de 400.000 spectateurs par an, ce n’est pas rien à l’échelle de l’agglomération, et on travaille pour que ce soit encore plus important » poursuit l’administrateur. « Ce public se retrouve aujourd’hui un peu orphelin de culture. C’est pour cela que nous tous, chacun avec ses moyens, nous multiplions les actions pour proposer des performances artistiques de haut niveau, qui permettent à tous d’avoir accès à cette culture. » Le but de collectif, insiste-t-il, « est de faire émerger encore plus de projets. Il faut élargir le public avec encore plus d’offres, grâce à notre complémentarité. » « Et nous ne sommes pas un club fermé », ajoute Stéphan Lauret.

« Revenir au spectacle, c’est une façon d’ouvrir la fenêtre »

Directrice du TnBA, Catherine Marnas voit dans ce collectif, et cette rentrée culturelle, un message d’espoir. « Depuis quelques mois, on vit avec le regard au sol, on vit avec la petite musique "masque, gel, nombre de morts, de contaminations…" Petit à petit, cette espèce d’ambiance mortifère nous gagne tous, et le fait de revenir au spectacle, c’est une façon d’ouvrir la fenêtre, de respirer et de lever le regard pour sortir de cet univers qui devient un peu pesant. »

L’Opéra de Bordeaux inaugurera la rentrée culturelle, avec La Traviata à partir du 17 septembre à l’auditorium, puis la scène Carré-Colonnes entamera sa saison dans le cadre du Festival international des Arts de Bordeaux Métropole le 2 octobre, avec le spectacle de danse Faro-Faro (à Saint-Médard-en-Jalles).