Bordeaux : « C’est super-excitant d’être dans ce stade », ils font leur rentrée au Matmut Atlantique

INSOLITE Pour la première fois en Europe, des élèves vont suivre leurs cours dans une enceinte sportive

Clément Carpentier
— 
Les élèves de l'ESG Bordeaux dans les entraille du Matmut Atlantique.
Les élèves de l'ESG Bordeaux dans les entraille du Matmut Atlantique. — ESG Bordeaux
  • Le Matmut Atlantique accueille à partir de cette année une antenne de l’ESG Sport, une école de commerce spécialisée dans les métiers du sport business. C’est une première en Europe.
  • Les salles de cours se trouvent dans les entrailles du stade des Girondins.
  • L’exploitant du stade souhaite construire des passerelles avec cette école et diversifier son offre.

En apparence, c’est une salle de classe ordinaire. Des chaises, des tables, un rétroprojecteur… Sauf qu’elle se trouve sous les gradins d’un stade. Le Matmut Atlantique de Bordeaux. En quelques foulées, on peut se retrouver sur la pelouse où s’affronteront Bordelais et Lyonnais ce vendredi (21h) à l’occasion de la 3e journée de Ligue 1. « C’est super-excitant d’être là dans ce stade ce matin et d’aller en cours dans un tel endroit, savoure Andréa masque sur le bout du nez et sacoche à la main, je n’avais jamais imaginé suivre mes cours dans un stade ».

Et pour cause. Ce que propose l’ESG, une école de commerce spécialisée dans les métiers du sport business du Groupe Galileo Global Education, en partenariat avec SBA (Société Bordeaux Atlantique), l’exploitant de l’enceinte bordelaise, est une première sur notre continent. « On a reçu beaucoup, beaucoup de candidatures car il y a eu un véritable engouement autour de ce projet, il faut dire que les conditions de travail sont inédites », explique un responsable de l’école. Au final, 150 étudiants vont faire leur rentrée dans les travées du Matmut Atlantique dans les prochains jours.

Créer un écosystème du sport autour du stade

Parmi eux, Sofiane ne cache pas qu’il a choisi l’ESG de Bordeaux car « il y avait ce cadre pas commun du tout » pour suivre ses cours. Derrière ce choix, il y a aussi « cette chance incroyable de participer aux projets de l’exploitant du stade, rappelle son camarade Quentin, j’espère vraiment profiter d’être dans un lieu comme ça pendant un an voire plus pour développer mon réseau et croiser du beau monde ». C’est justement l’un des objectifs de la direction de l’école et de SBA : créer des passerelles et plus largement un écosystème autour du sport et de l’événementiel dans le Matmut Atlantique.



La volonté est également que ces stades deviennent « des vrais lieux de vie et pas seulement des enceintes vident les trois quarts du temps » comme le rappelle Yvan Perrière, le directeur de l’ESG. Et tout le monde semble gagnant dans ce choix. Après les matchs, les concerts, les séminaires, SBA diversifie encore en accueillant cette école dans ses entrailles et s’offre des petites mains au soutien de ses équipes lors des grands événements à venir.

L’avenir du stade reste flou

Financièrement, c’est aussi une bonne nouvelle pour l’exploitant du stade qui tente depuis plusieurs années de redresser la barre. Encore plus dans cette période si compliquée pour le monde de l’événementiel. Reste que l’avenir du Matmut Atlantique à court terme est toujours aussi indécis puisque le nouveau maire de Bordeaux, l’écologiste Pierre Hurmic, souhaite casser le PPP (Partenaire public privé) et tout simplement vendre le stade. « C’est un gouffre financier ! Il nous coûte beaucoup trop d’argent et je ne vois pas pourquoi l’argent public devrait financer l’outil de travail des Girondins… Nous sommes endettés pour 30 ans pour un stade surdimensionné, il faut que ça s’arrête », insistait-il il y a quelques jours au micro de France Bleu Gironde.

Si juridiquement, c’est loin d’être fait, que pourrait alors devenir cette école ? Impossible à dire aujourd’hui. Mais un contrat de trois a été pour le moment signé entre l’ESG et SBA.