Coronavirus à Libourne : Thermomètres, visières en classe, port du masque aux abords des écoles… Comment la ville prépare la rentrée scolaire

COVID-19 Le maire de Libourne (Gironde) Philippe Buisson a déroulé ce mercredi le protocole sanitaire spécifique qui sera mis en place, et appelle parents d’élèves et enfants à rentrer en classe mardi prochain « sans peur particulière »

Mickaël Bosredon

— 

Le maire de Libourne, Philippe Buisson (à gauche), et son adjoint à l'éducation Thierry Marty, ont présenté le 26 août le protocole sanitaire qui sera en vigueur dans les écoles de la ville à partir de la rentrée 2020.
Le maire de Libourne, Philippe Buisson (à gauche), et son adjoint à l'éducation Thierry Marty, ont présenté le 26 août le protocole sanitaire qui sera en vigueur dans les écoles de la ville à partir de la rentrée 2020. — Mickaël Bosredon/20Minutes
  • L’élu va imposer aux parents le port du masque aux abords des écoles de la ville, notamment lors de dépose des enfants.
  • Il va aussi proposer aux enfants d'élémentaire et dans une moindre mesure de maternelle, ainsi qu’aux enseignants, une visière à porter en classe.
  • L’enjeu de cette rentrée, estime-t-il, sera de « limiter l’impact d’un éventuel cas de Covid dans les écoles ».

Anticiper, et rassurer les parents. Le maire de Libourne (Gironde), Philippe Buisson (PS), a déroulé ce mercredi le protocole sanitaire qui sera appliqué dans les écoles de la ville à partir du mardi 1er septembre. « J’appelle les parents d’élève et les enfants à venir à l’école, a-t-il insisté. L’école est obligatoire, et les enfants doivent rentrer mardi prochain sans peur particulière, mais avec des précautions qui s’imposent. »

Rappelant que la Gironde « se situe depuis mardi en vulnérabilité élevée », Philippe Buisson estime que « des gestes barrière plus importants sont préconisés, notamment dans le milieu scolaire. »

Horaires décalés selon les niveaux

Ainsi, la ville a décidé « d’échelonner les heures de rentrée des classes, niveau par niveau, entre 8 h 15 et 8 h 45. » Le temps du périscolaire sera élargi pour s’adapter à ces nouveaux horaires. Ce dispositif sera en vigueur tant que durera l’épidémie de coronavirus, « à minima jusqu’à Noël, et très certainement toute l’année scolaire » prévient le maire, qui rappelle que « l’objectif est de limiter le brassage. »

Concernant les gestes barrière, le maire a annoncé qu’il allait rendre par arrêté « le port du masque obligatoire aux abords des écoles, lors de la dépose (et de la récupération) des enfants, pour les parents. » Et il prévient que « ce sera contrôlé et éventuellement verbalisé. » Un périmètre de quelques dizaines de mètres sera délimité. « Je souhaite, partout où il y a des lieux de rassemblement en plein air, imposer le port du masque à Libourne, poursuit l’élu, a fortiori au regard des chiffres de contamination qui explosent ces derniers jours en Gironde, même si le Libournais est un territoire plutôt préservé. »

Des visières proposées aux enfants et enseignants

Si le gouvernement n’a pas imposé le port du masque aux enfants de moins de 11 ans, à Libourne la municipalité va proposer « à l’ensemble des enfants de primaire et de maternelle – au moins en grande section – le port de visières. » « Nous mettrons à disposition des écoles publiques et privées des visières, de taille adaptée aux enfants, et nous fournirons également une visière aux enseignants qui le souhaitent. »

Philippe Buisson rappelle que le protocole gouvernemental stipule que l’enseignant doit porter le masque en classe, sauf quand il est à son bureau. « Beaucoup d’enseignants nous ont fait savoir qu’ils adopteraient la visière, assure-t-il, même si c’est une protection qui ne remplace pas le masque. »

Thermomètres dans la plupart des classes

« Il y aura des cas de Covid dans les écoles, anticipe l’élu, mais le principe sera de savoir les traiter, les dépister, les isoler. » Pour cela, la plupart des classes de Libourne seront dotées de thermomètres frontaux, à distance, « ce qui permettra à chaque enseignant de prendre la température d’un élève qui semble malade. »

Si un cas de Covid survenait, « il y aura un dépistage systématique des cas contacts de la classe, pour ainsi mettre éventuellement la classe en quarantaine, mais pas l’école. » Car l'un des grands enjeux de cette rentrée scolaire, sera bien selon Philippe Buisson de « limiter l’impact d’un éventuel cas de Covid dans les écoles, d’où l’intérêt de limiter le brassage. »

Un centre de dépistage dans l'ancienne caserne de l'Esog

Dès jeudi matin la villed e Libourne ouvrira un centre de dépistage Covid, dans les locaux du mess de l'Esog (ancienne caserne des sous-officiers de gendarmerie). Cette ouverture se fait en collaboration avec l'ARS. Ce centre fonctionnera tous les jours jusqu'au 15 septembre au moins, du lundi au vendredi de 8h à 11h30, et sera limité à 100 personnes. Le maire Philippe Buisson « lance un appel pour que ces dépistages soient prioriatires à ceux qui ont des symptômes, ou des obligations de se faire dépister. ».