Coronavirus en Gironde : La fréquentation touristique en chute, mais « le littoral tire mieux son épingle du jeu »

CRISE En Gironde, on constate une véritable chute de la fréquentation touristique en juillet, même si le littoral médocain ainsi que le bassin d’Arcachon arrivent à limiter la casse

Mickaël Bosredon

— 

Plage, Soulac (Gironde), Nouvelle-Aquitaine. Océan Atlantique.
Plage, Soulac (Gironde), Nouvelle-Aquitaine. Océan Atlantique. — M.Bosredon/20Minutes
  • Les premiers chiffres font état d'une baisse de la fréquentation française de 13 % et de la fréquentation étrangère de 62 %.
  • Le littoral du Médoc et ses stations balnéaires comme Lacanau ou Soulac-sur-Mer s'en sort malgré tout plutôt bien.
  • La situation est en revanche plus difficile à Bordeaux, et notamment concernant les établissements culturels.

Les premiers bilans de la fréquentation touristique en Gironde sont en train de tomber. Sans surprise en cette période de crise sanitaire et économique, ils sont pour le moins contrastés, entre la situation à Bordeaux et celle du littoral.

« La première quinzaine de juillet n’a pas fait le plein en Gironde », constate-t-on ainsi du côté de Gironde Tourisme. Se basant sur une étude réalisée auprès d’un peu plus de 300 professionnels entre le 15 et le 20 juillet, l’agence de développement touristique du département relève que « la baisse de la fréquentation française serait de l’ordre de 13 % en moyenne par rapport à la même période de 2019, celle de la fréquentation étrangère de l’ordre de 62 %. » Résultat : « la fréquentation n’est qualifiée de satisfaisante que par 11 % des professionnels répondants, même si elle est jugée plutôt satisfaisante par 39 % d’entre eux. »

« Le littoral du Médoc a le plus bénéficié du retour des clientèles européennes »

Toutefois, « le littoral tire mieux son épingle du jeu : 36 % des professionnels sur le littoral du Médoc – avec ses stations balnéaires comme Lacanau ou Soulac-sur-Mer - et 40 % sur le Bassin d’Arcachon estiment la fréquentation française en hausse. Et le littoral du Médoc a le plus bénéficié du retour des clientèles européennes : 11 % des répondants font même part d’une hausse de la clientèle allemande par rapport à la première quinzaine de juillet 2019 et 17 % d’entre eux d’une progression des touristes néerlandais. »

Les perspectives de fréquentation française pour la haute saison sont très partagées : « à la mi-juillet, elles sont plutôt positives sur le littoral avec une majorité de professionnels (59 % pour le Bassin d’Arcachon et 53 % pour le littoral du Médoc) affichant des réservations françaises équivalentes voire en hausse par rapport à 2019 et, à l’inverse, défavorables sur les autres territoires, avec un niveau de réservation de la clientèle française inférieur à celui de l’an passé pour 80 % des professionnels à Bordeaux et dans la métropole et 69 % d’entre eux dans l’intérieur du département. »

Un taux moyen d’occupation dans les locations de vacances en hausse par rapport à 2019

Contacté par 20 Minutes, l’office de tourisme Médoc Atlantique confirme qu’en juillet, « le littoral médocain a plutôt bien tiré son épingle du jeu, grâce notamment à des conditions météo très favorables. » Ainsi, le taux moyen d’occupation dans les locations de vacances, qui se situe entre 72 % et 77 % selon les semaines en juillet, « est supérieur d’un ou deux points par rapport à la même période en 2019. » L’hôtellerie de plein air s’en sort bien aussi, « hormis les hébergements situés en retrait du littoral ». Enfin, « les activités type locations de vélos ou écoles de surf se montrent plutôt satisfaites. »

« La majorité des touristes provient des métropoles françaises, précise-t-on à l’office de tourisme Médoc Atlantique, même si la clientèle étrangère est quand même là, notamment les Allemands, les Néerlandais et les Britanniques. »

A Bordeaux, les lieux culturels globalement en souffrance

A Bordeaux et sur la métropole, la situation est moins satisfaisante. Les lieux culturels souffrent particulièrement. Pour les musées municipaux (CAPC, Musée d’Aquitaine, Musée des Beaux-Arts, Musée des Arts Décoratifs et du Design, Muséum de Bordeaux), « la fréquentation se situe entre – 20 % et – 50 % selon les établissements, analyse l'office de tourisme de Bordeaux Métropole. Le Muséum de Bordeaux et le MADD avec son exposition sur les sneakers, affichent les meilleurs résultats. Des chiffres qui restent toutefois à nuancer puisque tous ces établissements sont actuellement gratuits, et ce jusqu’au 31 août. »

La situation est meilleure pour la Cité du Vin. « Les résultats sont en deçà de juillet 2019 à cause de la présence très limitée de la clientèle étrangère, nous dit-on à l’office de tourisme, mais la fréquentation reste toutefois importante grâce à une présence très marquée des locaux liée à la mise en place d’un tarif de 10 euros pour les résidents de l’agglomération ». Le nombre de visiteurs français est globalement en augmentation de 46 % par rapport à juillet 2019. « La fréquentation de la Cité du Vin, très atypique cet été, est ainsi composée de 65 % de touristes et excursionnistes français, avec plus d’un quart de Parisiens dont le nombre a augmenté de 67 % par rapport à juillet 2019 » relève l’établissement.

Enfin, le tout nouveau venu sur la scène bordelaise, les Bassins de Lumières, « rencontre un véritable succès avec environ 160.000 entrées enregistrées à fin juillet » note l’office de tourisme. « Les locaux sont de loin la première clientèle du site, 75 % de la fréquentation étant des Girondins et des habitants des autres départements de la région. La clientèle nationale représente 15 % tandis que la clientèle étrangère, dominée par les Belges et les Allemands, représente 10 %. »

Un niveau de réservations inquiétant pour le mois de septembre

Autre indicateur d’importance, la fréquentation de l’office de tourisme, montre des signes encourageants. « Le point d’accueil central aux Quinconces a accueilli de plus en plus de touristes au fil des semaines, pour une moyenne d’environ 40 % de la fréquentation habituelle. A noter un ralentissement la dernière semaine de juillet, certainement dû aux fortes températures. Le week-end des 1er et 2 août a montré des signes encourageants. Le point d’accueil CIAP – Bordeaux Patrimoine Mondial enregistre quant à lui des chiffres de fréquentation en progression constante en juillet, et atteint 57 % de sa fréquentation sur le mois comparé à 2019. »

Concernant les perspectives du mois de septembre, les professionnels craignent le pire. Gironde Tourisme relève ainsi qu'« avec la crainte d’une « seconde vague » épidémique et les incertitudes quant à la rentrée, les réservations sont pour l’instant bien en deçà du niveau de l’année 2019 de la part des touristes français (58 % des professionnels et jusqu’à 85 % dans la métropole de Bordeaux font état d’une baisse) et encore plus des visiteurs étrangers (baisse affichée par 72 % des professionnels et jusqu’à 97 % à Bordeaux). »