Le réseau Tbc dans la balance

Marion Guillot - ©2008 20 minutes

— 

Vainqueur éphémère de l'appel d'offres des transports en commun bordelais, Keolis a réagi hier à l'annulation de la procédure par le tribunal administratif de Bordeaux. « Nous avons gagné ce marché à la loyale, avec une offre améliorée. Et nous nous sentons lésés », a déclaré hier son PDG, Michel Bleitrach, dans un entretien paru dans Sud-Ouest. La filiale de la SNCF, choisie le 28 novembre par les élus communautaires pour succéder à Veolia au 1er janvier, à la tête du réseau de tram et de bus de l'agglomération, a fait les frais d'un recours déposé par la compagnie de chemins de fer allemande Deutsche Bahn, qui aurait souhaité répondre à l'appel d'offres. Or, selon les juges, la CUB n'aurait pas suffisamment communiqué au niveau européen pour permettre à des groupes étrangers de se porter candidats.

La CUB, qui conteste l'annulation de l'appel d'offres, a d'ores et déjà saisi le Conseil d'Etat. Le groupe Keolis prévoit d'en faire autant « avant la fin de l'année », a réaffirmé hier son directeur délégué, Bruno Danet. De son côté, Veolia maintient son recours contre Keolis, auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), pour « distorsion de concurrence et abus de position dominante de la SNCF », maison mère de Keolis.