Déconfinement à Bordeaux : Le port du masque n'est plus obligatoire dans la rue Sainte-Catherine

TIKALIKATA La municipalité conseille toutefois de venir dans les bureaux de vote masqué, ce dimanche, jour du second tour des élections municipales

M.P.

— 

Le port du masque était obligatoire rue Sainte-Catherine, à Bordeaux, depuis le 11 mai 2020.
Le port du masque était obligatoire rue Sainte-Catherine, à Bordeaux, depuis le 11 mai 2020. — UGO AMEZ/SIPA

A Bordeaux, le port du masque n’est désormais plus obligatoire sur l’ensemble des marchés couverts et de plein air, ni pour déambuler dans les rues Sainte-Catherine et de la Porte-Dijeaux. Le port du masque « reste cependant obligatoire dans certaines situations », précise la mairie sur son site internet. Soit « à l’accueil de l'hôtel de ville, dans les transports en commun ou dans les magasins, à la discrétion des responsables », détaille-t-on du côté du Palais Rohan.

Et d’ajouter : « La ville conseille toujours le port du masque, mais ne l’oblige plus ». Les équipes de Nicolas Florian conseillent ainsi « fortement » de venir dans les bureaux de vote masqué, ce dimanche, jour du second tour des élections municipales.

Un masque pour « 80 à 90 % de la population »

Fin avril, Bordeaux Métropole avait lancé sa distribution de masques « grand public » par la poste avec un objectif : un masque pour « 80 à 90 % de la population dans la semaine du 11 mai », selon  Nicolas Florian. Ce jeudi après midi, sur Twitter, la ville a annoncé la relâche du port de ces maques, rendu obligatoire par décret dans le cadre du déconfinement progressif depuis le 11 mai.

Pour rappel, dans le cadre du déconfinement, la rue Sainte-Catherine avait été entièrement réaménagée, avec deux contre-allées sur les côtés pour organiser les files d’attente devant les boutiques, et une voie centrale réservée à la déambulation. Quant aux quais, en bord de Garonne, ils avaient été rouverts aux promeneurs et aux joggeurs mais devant l’afflux de Bordelais, la mairie les avait finalement rendus « dynamiques » fin mai et ce, jusqu’au 10 juillet. Ils ont finalement été « libérés » le 2 juin, dernière étape du déconfinement progressif donnant le feu vert à la réouverture des bars et des restaurants.