Gironde : A Saint-Selve, un transport scolaire en calèche, « pour éviter que les parents déposent leurs enfants en voiture »

INSOLITE La commune de Saint-Selve, située au sud de Bordeaux, expérimente un transport scolaire en hippobus, en espérant pouvoir pérenniser l’initiative

Mickaël Bosredon

— 

La mairie de Saint-Selve (Gironde) a mis en place un ramassage scolaire en hippobus
La mairie de Saint-Selve (Gironde) a mis en place un ramassage scolaire en hippobus — mairie de Saint-Selve
  • La crise du coronavirus a convaincu cette municipalité d’accélérer sur son projet d’hippomobilité.
  • Elle expérimente jusqu’aux vacances scolaires un transport de quelques enfants en calèche tirée par des chevaux entre leur domicile et l’école, matin et soir.
  • Avec la création en parallèle de circuits doux et de pistes cyclables, la commune espère réduire la place de la voiture aux abords de l’établissement scolaire.

Commune de 3.000 habitants située à une vingtaine de kilomètres au sud de Bordeaux, Saint-Selve veut tenter le pari de l’hippomobilité pour transporter ses enfants jusqu’à l’école. Depuis lundi et jusqu’au 3 juillet, la municipalité met en place un ramassage scolaire en calèche tirée par des chevaux, pour 25 enfants de la commune.

« Nous avons commencé à travailler sur cette idée il y a plus d’un an avec le centre équestre de notre commune, explique la maire Nathalie Burtin-Dauzan à 20 Minutes. On nous a pris pour des dingos au début ; la vieille génération nous disait que l’on faisait un bond de 100 ans en arrière, que c’était du grand n’importe quoi. Mais cela nous tient à cœur de redonner un peu de temps aux enfants. Ils sont toujours dans le rush, il faut vite les emmener le matin, les récupérer en quatrième vitesse le soir… Et finalement, la crise nous a convaincus d'accélérer notre démarche, on s’est dit pendant le confinement qu’on allait d’abord faire une expérimentation, et nous avons donc mis en place cette animation cette semaine et la semaine prochaine. »

« Carton plein dès le début »

L’expérimentation se fait actuellement dans les quartiers proches des écuries, assez éloignés de l’école. « On a fait carton plein dès le début, et on est obligé de refuser du monde », constate Nathalie Burtin-Dauzan.

Le transport scolaire en hippobus à Saint-Selve, permet d'acheminer 25 élèves
Le transport scolaire en hippobus à Saint-Selve, permet d'acheminer 25 élèves - mairie de Saint-Selve

L’établissement scolaire accueille 440 élèves, « ce qui est beaucoup pour une commune comme la nôtre. » La plupart des familles de la commune travaillant sur la métropole, « elles déposent leurs enfants en voiture le matin » ce qui pose évidemment des problèmes de mobilité. « Nous avons commencé à mettre en place des cheminements doux, des pistes cyclables, et nous allons continuer à les développer, d’autant plus qu’un collège arrive sur notre territoire en 2022… Ce projet d’hippomobilité, c’est un élément d’une stratégie plus globale, pour éviter que les parents prennent leur voiture », poursuit l’élue.

Un parcours comme celui-ci à l’année coûterait 20.000 euros

La question est maintenant de savoir si l’initiative peut être pérennisée. « Il faut étudier les sources de financement, explique la maire, un parcours comme celui-ci à l’année coûte environ 20.000 euros. Nous demanderions une participation aux parents, sachant que le parcours dure une heure, et que du coup les enfants ne vont pas à la garderie le matin puisqu’ils sont dans la calèche. Nous voudrions aussi une aide financière des grosses entreprises du coin. »

Les élus locaux attendent aussi en parallèle, la création « de véritables transports collectifs pour aller travailler sur la métropole », comme le rétablissement d’une ligne de TER.