Déconfinement à Bordeaux : Avec le plan d'urgence vélo, « je me fais incendier par des automobilistes mais j'assume » lance le président de la métropole

MOBILITE Décidé à la fin du confinement, le plan d’urgence vélo prévoit 80 km de nouveaux aménagements cyclables, dont certains pourraient bien être pérennisés

Mickaël Bosredon

— 

Création d'un nouvel aménagement cyclable, près des boulevards à Bordeaux
Création d'un nouvel aménagement cyclable, près des boulevards à Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Bordeaux Métropole a installé ce lundi le 36e aménagement de ce plan d’urgence vélo qui en prévoit une centaine.
  • Sur les 80 nouveaux km d’aménagements, 25 se feront rien que dans Bordeaux, et notamment au niveau des boulevards.
  • S’ils devaient être provisoires dans un premier temps, les élus souhaiteraient en pérenniser certains.

Bordeaux Métropole poursuit le déploiement de son plan d’urgence vélo. Ce lundi, les agents métropolitains ont installé le 36e aménagement cyclable, sur la centaine que compte ce plan, au Bouscat, la ville du président de la métropole Patrick Bobet. Sur 850 mètres, avenue du Président-Schuman, les cyclistes pourront dorénavant remonter cet axe depuis les boulevards, l’artère passant donc en double sens cyclable.

Pas encore habitués à ces changements, les automobilistes mordent allègrement sur les nouvelles plates-bandes des cyclistes. Ce qui a le don d’agacer le président de la métropole. « Je me fais incendier par certains automobilistes qui restent dorénavant bloqués deux-trois minutes à certains croisements, mais j’assume. Je suis convaincu qu’il faut contraindre la voiture pour davantage de partage avec les vélos et les piétons. Et plus il y aura de cyclistes, plus les automobilistes comprendront l’intérêt de faire ces nouveaux aménagements. Nous espérons qu’à la rentrée, les lycéens, les jeunes cadres dynamiques, prendront leur vélo pour se déplacer. C’est un appel : on vous facilite le pédalage, utilisez les équipements ! Et si c’est pertinent, certains de ces aménagements resteront. »

Des aménagements pérennes au niveau des boulevards ?

« Il y a certes deux-trois points de congestion, notamment entre la barrière d’Ornano et la barrière de Pessac, où les automobilistes grognent un peu, reconnaît de son côté le maire de Bordeaux Nicolas Florian. Mais passer quelques minutes de plus dans sa voiture, si cela permet d’avoir une mobilité douce sécurisée, cela va dans le bon sens. Les gens sont prêts au changement. Et intraboulevards, il va falloir qu’ils prennent l’habitude d’avoir une mobilité douce. »

Décidé à la fin du confinement, pour permettre à ceux qui ne souhaitent pas reprendre les transports en commun de se déplacer autrement qu’en voiture, le plan d’urgence vélo, censé être provisoire dans un premier temps, doit déployer d’ici au mois d’août 80 km de nouveaux aménagements cyclables à l’échelle de la métropole, dont 25 km dans Bordeaux. Quelques 15 km ont déjà été réalisés, notamment sur les boulevards. « Ces aménagements doivent préfigurer ce que vont être les boulevards » a lancé ce lundi le maire de Bordeaux Nicolas Florian, qui espère bien qu’à cet endroit ils seront pérennes. « Nous nous donnons au moins trois mois de réflexion, poursuit Patrick Bobet, il faut laisser passer l’été, et nous verrons à la rentrée. »

« Le problème est que vous êtres protégés pendant 500 m puis l’aménagement s’arrête »

Les premiers comptages sur les boulevards ont montré que lorsqu’une des deux voies de circulation, est entièrement réservée aux bus et aux vélos, « nous sommes à 50/50 en termes de personnes transportées » assure Patrick Bobet. Autrement dit, il y a autant de personnes dans les bus et à vélo, que dans les voitures, « cela en raison du grand nombre d’autosolistes ». Des chiffres qui vont plutôt vers l’objectif que vise la métropole.

Problème : l’ensemble des boulevards n’a pu être traité de la sorte, et il reste encore de nombreux passages avec deux voies de circulation pour les voitures, et une toute petite bande cyclable pour les vélos… « On a dû effectivement opérer par tronçons, et le problème est que vous êtres protégés pendant 500 mètres puis l’aménagement s’arrête et vous êtes de nouveau frôlés par les voitures, c’est un peu compliqué, reconnaît Patrick Bobet. Mais j’ai compris que là où on ne peut pas supprimer entièrement une file pour les voitures, on pourrait au moins réduire les deux files de circulation, pour élargir un peu la bande cyclable des boulevards. »

Les aménagements vont donc se poursuivre tout l’été. Au niveau de Bordeaux, Nicolas Florian a annoncé qu’il va maintenant falloir créer un nouvel itinéraire allant vers Bègles et Villenave d’Ornon, certainement via le cours de la Somme, et un autre vers le nord, par les cours Portal et Verdun.