Déconfinement à Bordeaux : Les scolaires renouent avec la culture et un concert à l’Opéra

CULTURE Les bambins souriants ont découvert les variations de l’archet, de la plus « fantomatique » à la plus « métallique »

Marion Pignot

— 

A Bordeaux, l'opéra a accueilli ses premiers jeunes spectateurs ce vendredi 5 juin 2020.
A Bordeaux, l'opéra a accueilli ses premiers jeunes spectateurs ce vendredi 5 juin 2020. — Marion Pignot
  • Le dispositif 2S2C (sport-santé-culture-civisme) consiste à proposer des activités aux élèves qui ne peuvent pas être accueillis en classe actuellement, compte tenu des effectifs limités définis par le protocole sanitaire.
  • Bordeaux s’est rapidement engagée dans ce dispositif et plus de 1.400 enfants profitent d’activités parascolaires, sur 112 sites naturels, sportifs ou culturels.
  • Ce vendredi, c’est à l’Opéra qu’une cinquantaine d’élèves a pu renouer avec la culture et entendre, parfois pour la première fois, des airs de tango joués par dix altistes.

Un Opéra national de Bordeaux déconfiné, qui arrête d’être silencieux. Ce vendredi, le large établissement de la place de la Comédie a accueilli plus de 50 enfants. Cinquante bambins qui renouaient avec la culture dans le cadre du  2S2C (sport-santé-culture-civisme). Le dispositif consiste à proposer des activités aux élèves qui ne peuvent pas être accueillis en classe actuellement, compte tenu des effectifs limités définis par le protocole sanitaire. Au programme de ce retour à la culture ? Un concert de plus de quarante minutes et un atelier découverte animée par la médiatrice de l’Opéra, Julia Bonneau, et la responsable du jeune public, Océane Dreanic.

Œuvrant au sein du service médiation culturelle, toutes deux ont concocté une offre en moins de trois semaines « dès qu’Edouard Philippe a annoncé que les primaires allaient reprendre le chemin de l’école », explique Olivier Lombardie. L’administrateur général de l’Opéra national de Bordeaux a le sourire caché par son masque mais les yeux pétillants. Le hall de l’Opéra, ses escaliers mais surtout la salle du Grand Théâtre s’animent enfin. Deuxième acte dans ce déconfinement culturel des parascolaires commencé la veille.

Avant le concert à l'Opéra, les bambins ont été sensibilisés aux instruments de musique.
Avant le concert à l'Opéra, les bambins ont été sensibilisés aux instruments de musique. - Marion Pignot

« C’est un retour progressif à la culture, une opération solidaire et citoyenne, commente Olivier Lombardie. Nous sommes contents de pouvoir de nouveau mobiliser nos forces, de revoir nos musiciens ou nos danseurs sur scène devant un public. C’est aussi l’occasion de tester nos conditions sanitaires d’accueil. »

Dix musiciens qui se partagent la scène en respectant le mètre barrière

Pas de masque pour les bambins agités et impressionnés par les ailes des costumes accrochées au plafond. Par petits groupes, ils écoutent Julia ou Océane parler altos et archets. La présence de parents-accompagnants est imposée par l’Opéra, qui n’est pas là pour faire garderie. Le gel hydroalcoolique disposé à l’entrée est incontournable. Dans le Grand Théâtre, le jeune public s’installe un siège sur deux, en retrait des dix musiciens qui se partagent la scène en respectant le mètre barrière. Le protocole est respecté.

Idem durant l’atelier. Une grande table pour deux élèves, heureux de coller, découper, partager enfin un moment avec les copains. Tous repartiront avec leur livret « session musique ». Les suivants, la semaine prochaine, auront eux le droit dans savoir plus sur le ballet. Puis d’autres sur le chœur et, enfin, les derniers, sur les costumes de scènes. Jusqu’aux vacances scolaires estivales, c’est toutes les forces artistiques de l’Opéra qui se déconfineront.

Alors que ces 50 primaires avaient la primeur du Grand Théâtre, près de 1.400 autres élèves pouvaient eux découvrir Cap Sciences, la Chartreuse Saint-André, le Musée Mer Marine ou retrouver les animateurs des maisons de quartier. Au total, 112 sites de la Métropole qui ont tous monté en moins de trois semaines de quoi permettre aux enfants d’enfin renouer avec la culture, le sport ou la nature. A l’Opéra, les bambins souriants ont découvert les variations de l’archet, de la plus « fantomatique » à la plus « métallique ». Ils ont applaudi le tango et voyagé jusqu’en Espagne grâce à Marin Marais et ses Folies. Tous venaient pratiquement du centre-ville de Bordeaux. Reste aujourd’hui à aller chercher leurs camarades des quartiers plus populaires afin que ces belles activités ne deviennent pas un acte manqué.