Coronavirus en Charente-Maritime : Seize morts dans un Ehpad, Dominique Bussereau pousse un coup de gueule

EPIDEMIE Seize personnes sont décédées dans un Ehpad de Tonnay-Charente depuis le début de l'épidémie de Covid-19

M.P.

— 

Plusieurs Ehpad de France sont touchés de plein fouet par l'épidémie de Covid-19.
Plusieurs Ehpad de France sont touchés de plein fouet par l'épidémie de Covid-19. — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Seize personnes sont décédées dans un Ehpad de Tonnay-Charente depuis le début de l’épidémie de Covid-19. L’information n’aurait pas été rapidement communiquée.
  • Dominique Bussereau, président du conseil départemental de Charente-Maritime, a poussé un coup de gueule après avoir appris ces décès par voie de presse.
  • Le président du département de la Charente Maritime dénonce les « dysfonctionnements » de l’Agence régionale de santé et assure avoir immédiatement contacté Olivier Véran, le ministre de la Santé.

Des « dysfonctionnements inadmissibles ». C’est en ces termes que Dominique Bussereau est revenu, ce samedi, sur les 16 décès survenus dans un Ephad de Tonnay-Charente, Les Portes du jardin. Sur Twitter, le président du département de la Charente-Maritime en a profité pour tacler l’Agence de santé régionale (ARS) qui, selon lui, fait preuve, depuis la révélation de l’affaire par nos confrères de Sud Ouest, « d’un silence assourdissant ».

Ces 16 décès s’échelonnent de mars à mai et, s’ils sont, comme vient de le confirmer l’ARS de Nouvelle-Aquitaine, bien liés à l’épidémie de Covid-19, ils comptabiliseraient pour un tiers des 48 décès survenus en Charente-Maritime. Sur  France 3, Dominique Bussereau a évoqué un bilan « dramatique, le plus gros cluster du département » et dénoncé le fonctionnement « technocratique et centralisé » de l’ARS tout comme un manque de transparence.

De son côté, l’ARS assure aujourd’hui que le dernier cas de Covid-19 à l’Ephad de Tonnay-Charente remonte au début du mois de mai et que le protocole a été respecté. Les dépistages auraient été réalisés après l’hospitalisation de quatre premiers pensionnaires et l’organisme de santé aurait signalé, dès le mois de mars, les premiers cas positifs au Covid-19. Treize au total, parmi les résidents et le personnel.

Dominique Bussereau a échangé des SMS avec Olivier Véran

Le directeur du centre hospitalier de La Rochelle a, lui, communiqué sur ces cas mi-avril, mais depuis plus rien. L’information n’aurait jamais été relayée à la mairie et n’aurait pas non plus atteint les strates supérieures de l’ARS ou les services de la cotutelle, soit ceux du Département. D’où le coup de gueule de Dominique Bussereau, qui a eu connaissance du foyer de contamination par voie de presse. Ce dernier assure avoir demandé des explications aux préfectures de Nouvelle-Aquitaine et de Charente-Maritime mais également au ministre de la Santé.

A nos confrères de France Bleu, le président du département a affirmé avoir échangé des SMS avec Olivier Véran mais n’a pas souhaité répondre aux sollicitations de 20 Minutes. « Désormais, ce n’est plus mon affaire », a prévenu Dominique Bussereau. De son côté, le maire de Tonnay-Charente est plus nuancé. Eric Authiat a tout de même glissé à France 3​ qu’il aurait aimé être prévenu de manière officielle et non par les parents des 120 personnes âgées habitant aux Portes du jardin. A ce jour, cinq résidents sont décédés au sein de l’Ehpad, et 11 à l’hôpital.