Déconfinement à Bordeaux : Un Drive-In Festival en attendant la réouverture des salles de ciné

CULTURE Le premier Drive-in Festival sera lancé samedi soir à Bordeaux, place des Quinconces, avec le film « Hippocrate », en hommage aux soignants

Marion Pignot

— 

Samedi soir, la place des Quinconces accueillera son premier cinéma Drive-in, post confinement.
Samedi soir, la place des Quinconces accueillera son premier cinéma Drive-in, post confinement. — LE LANN DOMINIQUE/SIPA
  • La place des Quinconces, à Bordeaux, a été choisie pour le lancement du Drive-in Festival, un événement itinérant dont les bénéfices seront reversés aux salles de ciné en difficulté.
  • Samedi soir, à 21 heures place des Quinconces, le film Hippocrate sera projeté sur un écran géant installé devant près de 300 voitures dans lesquelles seuls trois spectateurs seront autorisés.
  • Suivront Le Grand Bain, Whiplash, Parasite ou En Liberté ! et ce, alors que ce Drive-In Festival devrait sillonner la France, jusqu’à la réouverture des salles de cinéma.

« Proposer un petit ciné seulement après une semaine de déconfinement progressif, ça peut faire du bien. Surtout que l’initiative du Drive-In Festival est plutôt originale et unique. » Fabien Robert, premier adjoint au maire de Bordeaux, est plutôt « content » d’accueillir le « premier festival de drive-in cinéma itinérant ». Et, ce samedi soir, alors que nous n’avons pas pu assouvir notre passion pour les salles obscures depuis le 17 mars, on est aussi tenté d’aller regarder Hippocrate derrière le pare-brise de notre Twingo.

Dès 21 heures, Bordeaux lancera ce premier Drive-In Festival post-confinement, qui s’installera jusqu’au 25 mai sur la place des Quinconces. Au programme neuf autres films parmi lesquels, Le Grand Bain (le 17 mai), Les Invisibles (le 18) ou encore Tomboy (le 21) ou Le Sens de la Fête (24 mai) mais aussi des animations (karaoké, blind test, etc.), voire des échanges avec les équipes des films projetés. Le tout, dans le respect des règles sanitaires.

Permettre aux Français de recommencer à rêver

« Durant le confinement nous avons tenté de proposer une offre culturelle variée aux Bordelais, notamment grâce aux crieurs de rue ou à l’accès gratuit à la bibliothèque numérique, nous ne voulions rien lâcher durant ce déconfinement progressif, explique Fabien Robert, également vice-président de Bordeaux Métropole. Nous avons donc cherché quelle activité proposer à beaucoup de monde tout en respectant les règles sanitaires et puis nous sommes tombés sur cet opérateur qui travaille avec le Centre national du cinéma (CNC) et avons obtenu que le festival soit lancé à Bordeaux. »

L’opérateur, c’est Mathieu Robinet, producteur de films qui souhaitait trouver le moyen « d’aider les salles à surmonter la crise et permettre aux Français de recommencer à rêver en partageant un film en toute sécurité ». Face à un écran de plus de 190 m2, près de 500 spectateurs répartis dans quelque 300 voitures (trois personnes par véhicule ou deux parents et enfants d’un même foyer) pourront ainsi renouer avec la magie du cinéma.

Des bénéfices reversés « aux salles de cinéma et distributeurs en difficulté »

« Les normes sanitaires seront drastiques, assure Fabien Robert. Les spectateurs n’auront même pas besoin de baisser les vitres de leur véhicule. » La sonorisation se fera, en effet, via l’autoradio, sur une fréquence FM dédiée, la billetterie sera 100 % digitale (réservation sur le Web par ici) et les tickets (imprimés ou sur téléchargés) seront scannés à travers les vitres. Il sera, par ailleurs, interdit de sortir des véhicules sans masque (des protections seront distribuées gratuitement sur place), ces sorties seront limitées et les distances de sécurité indiquées par un marquage au sol.

« Nous avons bien conscience que promouvoir l’usage de la voiture n’est pas la meilleure façon d’aborder le "monde d’après" », assurent enfin la vingtaine de bénévoles de l’association Drive-In Festival, organisatrice de l’événement, sur leur site internet. Ils s’engagent donc à calculer l’empreinte carbone du festival et à la compenser « par un reversement à une association de défense de l’environnement ». Quant aux bénéfices, ils seront reversés « aux petites salles en difficulté, sachant que l’événement est circonstanciel, explique Fabien Robert. Tout s’arrêtera dès que les salles rouvriront, l’idée n’est pas de leur faire concurrence ».

Plusieurs projections pourraient être proposées par jour à Bordeaux jusqu’au 25 mai. Le festival, dont l’itinéraire n’est pas encore fixé, rejoindra ensuite Marseille. Pour les adeptes du vélo et les piétons, jusqu’à dix véhicules seront disponibles sur place. Il suffit de les réserver sur le site internet du Drive-In Festival.

Tarifs : adulte : 10 euros et 5 euros pour les moins de 18 ans. Réservations sur le site internet via la plateforme Hello Asso : www.driveinfestival.org