Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : Que sait-on des deux clusters identifiés en Dordogne et dans la Vienne ?

BILAN Deux foyers de coronavirus ont été identifiés en Nouvelle-Aquitaine ces derniers jours, en Dordogne et dans la Vienne

M.P. avec AFP

— 

« Restez chez vous », le mantra au 13e jour de confinement en France.
« Restez chez vous », le mantra au 13e jour de confinement en France. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Deux foyers de coronavirus identifiés en Nouvelle-Aquitaine ces derniers jours, en Dordogne et dans la Vienne.
  • Ces deux clusters n’ont pas donné lieu à de nouveaux cas positifs ce dimanche, malgré des dizaines de tests.
  • Les autorités de santé de Nouvelle-Aquitaine profitent, ce lundi, de ces « mini-clusters » pour redoubler leurs appels à « la vigilance ».

Neuf personnes positives au Covid-19, à l’Eglise-Neuve-de-Vergt en Dordogne. Quatre, parmi les proches des membres de la direction du Collège de Chauvigny, dans la Vienne. Alors que l’épidémie de nouveau coronavirus poursuit sa progression en Nouvelle-Aquitaine et que l’heure est au déconfinement, deux « mini-clusters » ont été identifiés dans la région. Comment ces foyers sont-ils apparus ? Comment les autorités de santé les ont-elles maîtrisés ? 20 Minutes fait le point alors que l'Agence régionale de santé (ARS) rappelle, une fois de plus, qu’il faut rester « vigilants même après ce 11 mai ».

Où ces deux mini-clusters sont-ils apparus ?

Au collège Gérard-Philipe de Chauvigny, près de Poitiers, un foyer est apparu le 7 mai, après une réunion de préparation de la rentrée. Quatre personnes sont testées positives, parmi lesquelles un membre de la direction de l’établissement scolaire. En Nouvelle-Aquitaine et dans la Vienne, département et région en « vert » sur la carte du Covid-19, l’apparition de ce « mini-cluster » de Chauvigny a ému localement, sachant notamment que le collège est l’un des plus importants de la Vienne (environ 800 élèves). Dans la foulée, le maire Gérard Herbert a choisi de reporter la rentrée prévue le 18 mai au 27 mai.

En Dordogne, un cluster familial « avéré » a été identifié après des obsèques qui se sont déroulées le 24 avril à l’Eglise-Neuve-de-Vergt, près de Périgueux. Neuf personnes, dont huit appartenant à la même famille, ont été testées positives au Covid-19, après qu’un habitant ayant assisté aux obsèques et qui s’est rendu chez son médecin est testé positif le 30 avril. La cérémonie en hommage au défunt âgé de 51 ans s’est tenue à l’église dans les règles, sans excéder 20 personnes, selon la famille. L’ARS confirme, ce lundi à 20 Minutes, que les gestes barrières ont été respectés, tout en soulignant que, par la suite, lors d’un rassemblement familial, « des personnes ont rejoint la réunion ». Le nombre de participants aux obsèques « est devenu alors bien plus important ».

Comment les autorités sanitaires ont-elles maîtrisé ces deux clusters ?

En Dordogne, comme dans la Vienne, l’ARS assure avoir tout de suite « repéré les cas contacts et lancé un dépistage pour stopper la chaîne de contamination », ou la fameuse « procédure de traçage des cas contacts par cercles concentriques ». Au total 127 personnes ont été dépistées, « soit des membres de la famille et de l’environnement professionnel, mais aussi des pompes funèbres et du personnel d’hospitalisation à domicile du défunt dont l’épouse est porteuse », a détaillé Michel Laforcade, directeur de l'ARS de Nouvelle-Aquitaine. A l’Eglise-Neuve-de-Vergt, le « mini-cluster » aurait ainsi été « maîtrisé en une semaine ».

« Dès le 1er mai, le traçage a permis de recenser cinq cas positifs et de poursuivre le travail de fond, jusqu’à dépister plus de 120 personnes », indique l’ARS à 20 Minutes. Quant aux résultats des « 43 tests attendus dimanche », ils se sont tous révélés « négatifs ». « Il n’y avait aucun cas grave à déplorer, les patients ont donc été placés en quatorzaine à domicile et sont sujets à une surveillance individuelle via notre plateforme d’appels », ajoute de l’ARS. Jeudi, 12 personnes déjà dépistées négatives seront à nouveau testées.

A Chauvigny, 20 personnes ont été placées en quatorzaine. « Et pour rassurer le maire à l’aube de la rentrée, nous avons élargi les tests aux agents et enseignants travaillant dans les écoles de la commune », explique l’ARS à 20 Minutes. Samedi, 64 personnes sur les 74 enseignants et agents de la municipalité concernés avaient été dépistés. A « ce stade, 60 tests ont déjà pu être analysés, tous sont négatifs », assure l’ARS. Dix personnes ont été dépistées, ce lundi, et les résultats seront connus dès demain, mardi.

Comment éviter de nouveaux clusters ?

Les petits « clusters » sont relativement courants et la Nouvelle-Aquitaine en a connu 29 (sur des campus, dans des entreprises, dans des aires de gens du voyage, etc.) depuis le début de la crise. Le but reste donc de les « tuer dans l’œuf », selon l’expression utilisée  fin avril par le préfet délégué à la défense et à la sécurité, Martin Guespereau. Dans une région « verte » qui entame son déconfinement progressif, il faut rester « vigilants même après ce 11 mai », martèle ce lundi l’ARS.

« C’est un travail de fourmi mais, grâce au tracing et au dépistage systématique, nous devrions maintenir nos bons résultats dans la région, souligne l’Agence sanitaire à 20 Minutes. Il est cependant primordial de continuer à appliquer ce fameux triptyque : gestes barrières, distanciation physique et port du masque dans les endroits confinés ». « La vie redémarre mais pas comme avant, a rappelé le préfet de la Dordogne, Frédéric Périssat. Ce cluster [de l’Eglise-Neuve-de-Vergt] est l’illustration de ce que l’on ne souhaite pas vivre dans les trois semaines à venir : relâchement, réunions familiales, enfants, petits-enfants, grands-parents, voisins-voisines… On se retrouve à une trentaine, une seule personne va contaminer un nombre très significatif et derrière, ça va mobiliser beaucoup de monde [en dépistages]. »

Lire notre dossier sur le coronavirus

Selon le dernier bilan de Santé publique France, l’épidémie de Covid-19 poursuit sa progression en Nouvelle-Aquitaine avec neuf nouveaux cas confirmés ce dimanche, ce qui porte le total de cas à 4.858. Dans le détail, 493 personnes sont actuellement hospitalisées, 85 sont en réanimation et 1.643 sont sorties guéries de l’hôpital. Depuis le début de l’épidémie, 353 patients sont décédés à l’hôpital, chiffre auquel il convient d’ajouter les 125 décès recensés dans les 898 Ehpad de la région.