Du pain sur la planche des Restos du coeur

Marion Guillot - ©2008 20 minutes

— 

Toujours plus de monde à la table des Restos du coeur. A l'ouverture de la 24e campagne d'hiver, hier, le centre de Pessac enregistrait déjà une hausse de 10 % des demandes. « Nous avons inscrit 111 familles, contre 97 l'an dernier à la même époque », comptabilise Françoise, responsable du centre. Elle ne serait pas étonnée que leur nombre « atteigne les 200 à la fin de la campagne », dans quatre mois. « Nous voyons de plus en plus de mères seules avec enfant, de retraités, de travailleurs pauvres qui souffrent de la crise de l'intérim et des étudiants qui n'ont pas droit aux bourses », énumère-t-elle.

L'équilibre financier de l'association est mis à mal cette année : « Nous sommes frappés de plein fouet par l'augmentation des prix, constate Bruno Lalande, président de l'antenne girondine des Restos. Depuis l'an dernier, les pâtes ont augmenté de 60 % et le lait de 21 %. Pour compenser, nous avons dû entamer nos fonds propres. » Le budget annuel est ainsi passé de 867 000 euros en 2007 à 963 000 euros cette année. « Dans cette situation, nous faisons plus que jamais appel aux donateurs, mais si, un jour, nous n'arrivons plus à faire face, nous saurons le dire à l'Etat », prévient le président. A Pessac, quelques partenariats permettent de « mettre du beurre dans les épinards » : le cinéma Jean-Eustache donne 20 places par semaine et le stade nautique, 150 entrées par an. « Cela permet à nos bénéficiaires de sortir », note Bruno Lalande. Une coiffeuse bénévole intervient aussi dans les locaux tous les quinze jours. « Le genre de petits plus qui remontent le moral et qui aident à se présenter à un entretien. »

Lire aussi p. 5