Coronavirus à Bordeaux : Rue Sainte-Catherine réaménagée, port du masque dans les boutiques... Le commerce prépare la réouverture du 11 mai

DECONFINEMENT Les commerçants bordelais mettent les bouchées doubles, et la ville se réorganise, en vue du début du déconfinement à partir du 11 mai

Mickaël Bosredon

— 

Bordeaux , la rue Sainte-Catherine , le 9 avril 2020, durant le confinement
Bordeaux , la rue Sainte-Catherine , le 9 avril 2020, durant le confinement — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • La circulation rue Sainte-Catherine sera entièrement réorganisée, avec notamment deux contre-allées le long des boutiques pour organiser les files d'attente.
  • Le président de l’association La ronde des quartiers demande que le port du masque soit obligatoire dans tous les commerces.
  • Plusieurs commerçants de la Gironde souhaitent aussi pouvoir ouvrir le dimanche pendant les mois à venir.

Une rue Sainte-Catherine entièrement réorganisée, des commerces aménagés… « Tout le monde est en train de mettre les bouchées doubles pour être prêt le 11 mai » assure  Christian Baulme, président de l’association de commerçants bordelais La Ronde des quartiers, qui attend avec impatience de pouvoir redémarrer l’activité. « Il y a beaucoup d’attente autour de ce 11 mai, il faudra qu’on soit à la hauteur » prévient de son côté le président de la CCI de Bordeaux Patrick Seguin. « C’est la journée de l’espoir, même si face aux contraintes, tous les commerçants ne pourront pas rouvrir dès le 11. » Le moment de vérité pour beaucoup, se situera d’ailleurs plutôt le week-end du 16 mai, avec le retour espéré de la clientèle. En attendant, voici ce qu’il faut savoir sur l’organisation qui se met en place avant le début du déconfinement.

Vers le port du masque obligatoire dans tous les commerces ? Le commerçant aura le droit d’imposer le port du masque dans sa boutique, « et il faudra le faire car c’est essentiel, que ce soit dans un centre commercial ou une enseigne du centre-ville, soutient Christian Baulme, président de l’association de commerçants de La ronde des quartiers. Très peu de commerçants pourront faire réellement respecter la règle de la distanciation sociale, donc il faut imposer le masque. »

La circulation rue Sainte-Catherine sera entièrement réorganisée. La densité de population qui emprunte habituellement la grande artère commerçante bordelaise, pose un certain nombre de contraintes. Des aménagements seront ainsi réalisés. « Il y aura des rubalises contre les façades des boutiques, qui matérialiseront les espaces d’attente avant d’entrer dans les commerces, nous révèle Christian Baulme. La voie centrale de la rue sera réservée, elle, à la déambulation. » Dans une conférence de presse mardi après-mdi, la préfète de la Gironde Fabienne Buccio a précisé le dispositif, indiquant que deux contre-allées seraient créées avec des barrières de chaque côté de l'axe commerçant, pour permettre d'organiser les files d'attente devant les boutiques. « Il faudra aussi que les livraisons soient impérativement terminées à 11 h, poursuit Christian Baulme, et nous attendons un arrêté qui interdira la circulation des vélos et des scooters. » En ce qui concerne le centre commercial à ciel ouvert de La promenade Sainte-Catherine, des sens de circulation seront mis en place, avec une entrée par la rue Sainte-Catherine et une sortie par la rue Porte Dijeaux, pour éviter les croisements.

Concernant le port du masque, le maire Nicolas Florian maintient qu'il prendra bel et bien un arrêté obligeant à le porter rue Sainte-Catherine et rue Porte-Dijeaux à partir du 11 mai. La préfecture nous avait indiqué en début de semaine que le port du masque ne serait pas obligatoire sur ces artères.

Une distribution gratuite de kits de déconfinement pour les commerçants. La CCI a annoncé qu’elle procéderait dès mercredi à une distribution de 900 kits expérimentaux à des commerçants de Bordeaux, Langon et Libourne. Dans chaque colis se trouveront des masques papiers pour le commerçant et ses collaborateurs, un flacon de gel hydroalcoolique, et des rubans de marquage au sol pour faire respecter les distances de sécurité sanitaire. « Les commerçants doivent laisser 4 m2 de libres par client, rappelle Patrick Seguin, ce qui veut dire que dans certains commerces il n’y aura qu’un client en même temps. » La CCI envisage une distribution plus large de ces kits dans un deuxième temps, en fonction de la demande.

Une autorisation d’ouvrir le dimanche pendant plusieurs mois ? Beaucoup de commerçants réclament un report de la période des soldes au mois de septembre, ce qui devra passer par un décret. « Certains commerçants de la Gironde demandent aussi une possibilité d’ouvrir le dimanche pendant quelques mois (ce qui est déjà autorisé pour les commerçants bordelais depuis plusieurs années), indique Patrick Seguin. On réclame aussi la gratuité totale du stationnement pour les voitures, et la gratuité des transports publics, chaque week-end, ainsi que la création de parkings gratuits. »

Quid des grands centres commerciaux ? Un seul centre commercial en Gironde ne pourra pas rouvrir ses portes dès le 11 mai, il s’agit de Bordeaux-Lac, « car c’est le seul qui dépasse les 40.000 m2, explique Patrick Seguin. Ce qui le pénalise aussi, c’est la présence d’Ikea qui draine énormément de gens qui viennent de loin, or il faut éviter les flux de personnes qui viendraient d’assez loin. » Tous les autres pourront rouvrir, avec des contraintes bien entendu.

Et pour les cafés et restaurants ? Le secteur du CHR (Café-Hôtellerie-Restauration) n’est pour l’instant pas autorisé à rouvrir. « Mais on voit poindre la date du 2 juin pour la possible ouverture des plages et de tout ce qui va autour, analyse Patrick Seguin. C’est en tout cas l’orientation de la préfecture, si le nombre de cas de Covid-19 reste stable ou continue à baisser. »