Keolis gagne, mais rame pour convaincre

Marion Guillot - ©2008 20 minutes

— 

Un tournant difficile à négocier pour les transports en commun bordelais. A partir du 1er janvier, Keolis, filiale de la SNCF, exploitera pour cinq ans le réseau de bus et tram de la CUB, en lieu et place de Veolia (ex-Connex et CGFTE), l'opérateur historique. Ce changement de délégataire, souhaité par le président PS de la CUB, Vincent Feltesse, et qui avait fait l'objet d'un consensus entre les vice-présidents au mois d'octobre, a néanmoins été adopté dans la douleur. Après plus de trois heures de débats, seuls 51 élus sur 120 se sont prononcés pour (45 élus PS + 6 élus Verts sur 8), huit ont voté contre (8 PCF), trois se sont abstenus (2 Verts et 1 MoDem). Quant aux 58 élus du groupe Communauté d'Avenir (UMP-MoDem), ils n'ont pas participé, le président de la CUB ayant refusé de reporter le vote à la fin décembre.

Alain Juppé, qui a regretté le « passage en force » de Vincent Feltesse, aurait souhaité obtenir trois semaines de délai. « Une mise au point » au sein de son groupe apparaissait en effet urgente, alors que les maires de Villenave-d'Ornon et de Talence jugent l'offre de Keolis inadaptée à leurs communes. D'autres élus se sont également montrés frileux : « Je ne suis convaincu ni par l'offre de Keolis ni par celle de Veolia », a déclaré Pierre Hurmic, chef du groupe des Verts. « Le flou artistique prédomine autour de la situation des salariés », a ajouté Matthieu Rouveyre (PS), alors que des centaines de chauffeurs manifestaient aux portes de l'hémicycle. Alain Cazabonne (MoDem) s'est aussi inquiété de la « marge de manoeuvre » qui resterait à la CUB, si certaines parties du réseau, notamment en périphérie, ne s'avéraient pas rentables. Sans oublier les partisans d'un retour à la régie dans le camp communiste... Des interrogations tardives, selon le président de la CUB : « Nous délibérons sur un marché de 750 millions d'euros, qui concerne 2 000 salariés [...]. Le dossier Keolis est à la disposition des 120 conseillers depuis cinq semaines. Je ne dirai pas qui est venu le consulter... », a déploré Vincent Feltesse.