Nouvelle-Aquitaine : Des dégâts dans le vignoble bordelais après un orage de grêle

INTEMPERIES Les vignobles de Bergerac, en Dordogne, ont été aussi victimes de cet épisode météo dont les dégâts viennent s’ajouter au contexte déjà difficile dû à la crise du coronavirus

B.C.

— 

Après un orage de grêle (Archives).
Après un orage de grêle (Archives). — A. Gelebart / 20 Minutes

Le sort s’acharne. Le contexte de la crise sanitaire avait déjà plombé le moral de nombreux viticulteurs de la région du Bordelais, dont les exportations étaient en berne. Un violent orage de grêle est venu doucher les espoirs de certains de pouvoir se rattraper sur la prochaine récolte.

Vendredi, des grêlons sont tombés sur de nombreux vignobles de Saint-Emilion, mais aussi de l’Entre-Deux-Mers. Mais aussi du côté de Bergerac où certaines vignes ont été complètement hachées au cours de ces intempéries.

Samedi, les organismes professionnels ont fait un premier point sur les dégâts, notamment le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) qui a expliqué que certains n’auraient pas de récolte cette année.

Tout comme l'union des Côtes de Bordeaux, dont la présidente, Françoise Lannoye, a déclaré au blog Côte Châteaux de France 3 Nouvelle-Aquitaine que cela était « catastrophique, finalement cela devient invraisemblable, on a été pris de court, cela n’a été indiqué sur aucune station météo ».

Une mauvaise nouvelle qui vient s’ajouter à celle de la crise sanitaire mais aussi structurelle que traverse la profession comme le rappelle le député du Libournais, Florent Boudié (LREM).