Bordeaux : Les Coursiers bordelais roulent pour eux et deviennent « une véritable alternative à Uber »

A BICYCLETTE Alternative aux mastodontes de l’ubérisation de la livraison, les Coursiers Bordelais ont réussi à se faire une place à Bordeaux, sur le marché du colis acheminé par vélo

Marion Pignot

— 

Arthur Hay (à gauche) et Morgan Lamart se préparent à affronter la pluie pour boucler leur planning chargé.
Arthur Hay (à gauche) et Morgan Lamart se préparent à affronter la pluie pour boucler leur planning chargé. — Marion Pignot
  • Après avoir lancé le premier syndicat CGT de coursiers à vélo en Gironde, Arthur Hay, Théo Meltz et Arthur Petitjean ont créé les Coursiers Bordelais en octobre 2017.
  • Alternative aux mastodontes de l’ubérisation de la livraison, la Société coopérative et participative (Scop) a depuis embauché deux autres livreurs et a réussi à se faire une place à Bordeaux, intra et extra rocade.

 

 

Ils roulent désormais pour eux. Autrefois forçats du vélo, salariés précaires de Take It Easy, Deliveroo et compagnie, Arthur, Théo et… Arthur ont lancé voici deux ans Les Coursiers Bordelais, « tout simplement pour faire chier Uber », sourit Arthur Hay, en tête du peloton qui a grossi depuis la création de la Scop (société coopérative de production), pionnière du genre en France.

Deux embauches et un chiffre d’affaires bien stabilisé plus tard, les « CB » ont tracé leur route au centre-ville de Bordeaux et même jusqu’à Cenon ou Saint-Médard en Jalles. Le réseau de clients est conforté et les livreurs à vélo arrivent à se sortir un salaire, à se prendre huit semaines de congé, à se payer leurs heures supplémentaires et à financer de quoi s’équiper pour mieux rouler. Le tout, en respectant leurs « idéaux ».

« Certaines journées c’est moins facile, en fin de semaine j’en ai parfois plein les jambes, assure Arthur Hay, 31 ans, avouant à demi-mot qu’il n’aime pas trop le vélo. Mais on est en CDI, on est nos propres patrons, on réfléchit même à s’augmenter et on est partis de rien pour réussir aujourd’hui à avoir un rythme de vie qui nous plaît. » « Et on a réussi une reconversion axée sur la lutte contre la précarité et l’environnement », renchérit Morgan Larmart, qui se félicite de ses 80 kilomètres quasi quotidiens qui ne seront pas faits par une camionnette.

Jusqu’à 130 kilomètres de vélo « les grosses journées »

C’est cette touche verte des Coursiers Bordelais qui a séduit Morgan. Le trentenaire a rejoint le gang des barbes fournies en octobre dernier, quittant un job confortable d’ingénieur au ministère des Armées. Le gars pensait écologie, lutte contre le travail précaire ou mobilité douce au « dernier kilomètre » et, surtout, il voulait pédaler. Morgan est servi, lui qui peut se faire jusqu’à 130 kilomètres de vélo « les grosses journées ».

Et les clients semblent satisfaits, certains abandonnant le système Uber pour faire appel aux « CB » qui vantent des cyclistes volontaires, heureux dans leur job, « pas sous-payés » et jouent sur le relationnel, « le bio, l’équitable, le local ». « On a créé un service qui s’adapte, qui fait un pas vers le client et qui ne propose pas un package complet dont ce dernier doit s’accommoder. Le terme est galvaudé aujourd’hui mais on se rapproche de l’idée d’une économie sociale et solidaire », développe Arthur Hay. « Les coursiers en avaient ras le bol du modèle Uber qui n’a cessé de rogner sur nos acquis, avec ces courses effrénées qui nous obligeaient à travailler sans relâche sous peine de ne pas faire partie du planning suivant, ajoute Morgan. Aujourd’hui, c’est plus cool et on est arrivé à créer un réseau d’entraide, une véritable alternative à Uber. »

Une carte à jouer face aux mastodontes de l’ubérisation de la livraison

En matière de création d’entreprise et de livraison, les « CB » étaient pourtant loin d’en connaître un rayon. Avec Théo et Arthur, Arthur Hay a « galéré », et s’est vite rendu compte qu’il n’avait pas « l’âme d’un entrepreneur ». Etudier le marché, fixer les prix, trouver le bon modèle économique, les subventions… Il a fallu un peu plus d’un été au trio fondateur pour poser les bases des Coursiers Bordelais. Puis il a intégré le réseau CoopCycle, soutien de poids pour « choper les bonnes idées et savoir comment gérer un budget ».

Les déçus de Deliveroo ou de Take It Easy étaient surtout persuadés qu’ils avaient une carte à jouer face aux mastodontes de l’ubérisation de la livraison. « On a pris le créneau des petites entreprises, celui du réseau local socialement vertueux, précise Arthur. On propose un service humain, avec des prix fixes. On est devenus, pour certains clients, le véritable prolongement de leur service. Et puis, vous confieriez un colis fragile à un livreur sous-payé à la tâche ? » C’est ainsi qu’à la Saint-Valentin, Morgan a fait 34 bornes en douceur pour livrer un bouquet à Martignas.

Arthur et Morgan, 31 et 35 ans, en selle chaque jour pour montrer qu'on peut être coursier sans flirter avec la précarité.
Arthur et Morgan, 31 et 35 ans, en selle chaque jour pour montrer qu'on peut être coursier sans flirter avec la précarité. - Marion Pignot

Pour le moment, le club des cinq ne pense ni croissance et ni gains financiers. Il faut déjà trouver comment garder les pieds au sec sous le coquin climat bordelais ou tenter d’atteindre les dix semaines de congé. Arthur Hay, l’engagé (il a été sur la liste PCF aux Européennes de juin 2019), pense tout de même à attaquer le marché public ou à « rencontrer un peu de gens » durant cette campagne des municipales, « histoire de rappeler quelques promesses environnementales et le droit du travail ».

« Mais nous n’en sommes pas encore à mener ces combats, d’autant plus que l’ubérisation est une thématique nationale », conclut Arthur, en enfilant ses gants et sa casquette de cycliste, prêt à effectuer sa première livraison de l’après-midi « en chantonnant sous la pluie »