Un sans-papiers kurde menace de s'immoler

Marion Guillot - ©2008 20 minutes

— 

Le drame a été évité de justesse. Hier, Ferhat Celik, un Kurde en situation irrégulière menacé d'expulsion, a failli mettre fin à ses jours dans l'église Sainte-Marie de la Bastide, où il s'était retranché le matin avec sa femme Sunay, son bébé de 6 mois et son frère. « Il s'est aspergé d'essence et était déterminé à s'immoler », rapporte son avocat, Pierre Landete. Un « geste de désespoir » que la trentaine de pompiers et policiers présents, rejoints par la députée PS de la Gironde, Michèle Delaunay, ont réussi à désamorcer, au terme de plusieurs heures de négociation. « Il a fallu prendre le temps de parler car il pouvait passer à l'acte à tout moment », expliquait hier un sapeur-pompier. La famille a finalement été évacuée saine et sauve au CHU de Bordeaux vers 16 h 45, « après avoir obtenu un engagement verbal de la préfecture en faveur de sa régularisation », précise Pierre Landete. Arrivé à Bordeaux en 2000 et domicilié à Cenon, Ferhat Celik s'est marié en 2007 avec Sunay, réfugiée politique et par conséquent non expulsable. Le tribunal et la cour d'appel ont rejeté toutes ses demandes de régularisation.