Bordeaux : L'aménagement de la Brazzaligne, une promenade le long d'une voie ferrée, enfin lancé

URBANISME Cette promenade plantée, le long d’une voie de chemin de fer sur la rive droite, doit faire la couture entre les nouveaux et les anciens quartiers

Mickaël Bosredon

— 

Le projet de Brazzaligne, le long d'une voie de chemin de fer sur la rive droite de Bordeaux
Le projet de Brazzaligne, le long d'une voie de chemin de fer sur la rive droite de Bordeaux — Bureau Bas Smets
  • A Bordeaux, la Brazzaligne doit être l’un des aménagements les plus structurants entre les nouveaux quartiers Brazza et Bastide-Niel, et les anciens quartiers de la rive droite.
  • L’idée est d’aménager une promenade plantée, le long d’une voie de chemin de fer, sur 3 km.
  • La livraison du projet est prévue pour 2025.
Plan de la Brazzaligne, future promenade le long de voies ferroviaires sur la rive droite de Bordeaux.

Sur la rive droite de Bordeaux, les projets de nouveaux quartiers Bastide-Niel et Brazza, se lancent enfin, et les premières constructions commencent à sortir de terre. A terme, la rive droite doit ainsi accueillir quelques 40.000 habitants supplémentaires. La création d'espaces verts est donc primordiale pour faire respirer ces nouveaux ensembles. Le projet Brazzaligne, une promenade verte qui doit traverser ces quartiers pour rejoindre le parc de l’Ermitage à Lormont, promet d'être l'un des plus structurants. Alors que sa genèse remonte à… 2011, là aussi les premiers aménagements démarrent seulement.

« Nous commençons par l’aménagement des talus, explique le vice-président de la métropole en charge de la nature, et maire EELV de Bègles, Clément Rossignol-Puech. Le projet global porte sur 10 hectares, et consiste à aménager une promenade de 3 kilomètres sur Bordeaux, Cenon et Lormont, le long de la voie de chemin de fer qui dessert actuellement les grands moulins de Bordeaux à raison d’un train par semaine. »

Boulodromes, barbecues et aires de jeux

A ce jour, « l’idée est de prendre la moitié de l’emprise ferroviaire, pour l’aménager en balade plantée avec des jeux, un barriérage intelligent qui pourrait s’ouvrir et se fermer aux passages du train, et de l’éclairage qui se déclenche au passage des gens… » Un éclairage photovoltaïque serait ainsi positionné tous les 15 mètres, accroché parfois sur les caténaires de la voie ferrée. Concernant les aménagements, il est envisagé des boulodromes, des tables de ping-pong, des barbecues fixes et deux aires de jeux pour enfants.

« Mais l’idée principale est surtout de travailler la trame verte pour la biodiversité, insiste le vice-président en charge de la nature. C’est un vrai projet structurant avec une vraie réflexion en termes de plantation d’espèces d’arbres et d’arbustes. Et cela représente du lien social pour ces quartiers. » Afin d’éviter que la Brazzaligne ne devienne une frontière entre les nouveaux quartiers (situés le long de la Garonne) et le résidentiel ancien (implanté le long de l’avenue Thiers), « des connexions fortes » sont essentielles insiste la métropole. « Cela doit devenir une épine dorsale pour les quartiers » expliquait en juillet dernier l'architecte en charge du projet, Bas Smets.

Un transport en commun en site propre ?

Il serait envisagé d'y faire passer un transport en commun en site propre (tram ou bus), si le train qui alimente les grands moulins est supprimé. « Cela s'entend s'il y a une évolution de l'activité des moulins, bien entendu » pondère Clément Rossignol-Puech.

Quatre phases d'aménagement vont se succéder d'ici à 2025, pour un coût global de  6,5 millions d'euros. Le maître d'ouvrage du projet est Bordeaux Métropole, assisté par un groupement privé composé de l'architecte paysagiste Bas Smets, et de différents bureaux d'ingénieurs.