Classement des villes les plus cyclables de France : Bordeaux sort du podium

MOBILITE La fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) a publié jeudi soir son baromètre des villes les plus cyclables selon les pratiquants. La capitale girondine sort du peloton de tête mais reste une ville vélo incontournable

Elsa Provenzano

— 

La traversée du pont de Pierre est réservée aux cyclistes, piétons, bus et tramways jusqu'à au moins fin septembre
La traversée du pont de Pierre est réservée aux cyclistes, piétons, bus et tramways jusqu'à au moins fin septembre — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Dans le dernier classement de la fédération française des usagers de la bicyclette, Bordeaux sort du podium des villes les plus cyclables.
  • Si l’association d’usagers pointe le manque d’aménagements « signifiants », la ville met en avant une exigence accrue des pratiquants.
  • La capitale girondine reste une ville vélo incontournable et le nombre de pratiquants continue d’y progresser.

Porté à la troisième place lors du dernier classement de la fédération française des usagers de la bicyclette en 2017, Bordeaux se voit dépassé dans celui de 2019, qui vient d'être publié ce jeudi, se plaçant quatrième ex aequo avec Paris.

« Pour moi le problème ce n’est pas qu’on sorte du podium mais ce qui est décevant c’est que la note reste assez inchangée (3,24 sur 6 en 2019 contre 3,46 en 2017). Le ressenti des gens c’est que depuis 2017 la ville de Bordeaux, même s’il faut avoir une vision métropolitaine, n’a pas proposé de choses signifiantes pour la qualité de la circulation à vélo », commente Orianne Hommet, coordinatrice de l'association Vélo-Cité. 

« On constate que dans les villes qui font énormément d’efforts pour développer le vélo, les pratiquants y deviennent aussi plus exigeants, relativise Anne Walryck, adjointe au maire chargée du défi climatique, de la transition écologique. Et il est à noter que dans le classement mondial Copenhagenize, on arrive en sixième position ».

Des « loupés récents »

Certes, des aménagements ont été réalisés et fonctionnent avec succès, au premier rang desquels l’interdiction aux véhicules motorisés sur le pont de pierre, mais ce qui ressort de la consultation des usagers c’est que cela est encore insuffisant. « Les gens ont envie d’itinéraires sécurisés et faciles à utiliser dans leur entièreté, il y a une espèce d’amertume », estime la coordinatrice de l’association bordelaise. La municipalité comprend cette attente et rétorque que les aménagements cyclables (pistes mais aussi couloirs de bus, aires piétonnes etc.) ont augmenté de 77 % depuis 2014.

L’association épingle quelques « loupés » récents avec notamment l’aménagement des places Tourny et Gambetta, qui ne font pas une place suffisante au vélo. Ce sont des contraintes techniques qui ont compliqué ces aménagements en cœur de ville, selon la mairie de Bordeaux.

Il n’empêche qu’il est indéniable qu’une « vraie culture vélo » s’est développée à Bordeaux. « Maintenant quand on parle des villes vélos, on parle de Bordeaux », apprécie Orianne Hommet. L’association a proposé des mesures aux candidats aux municipales notamment l’aménagement des boulevards, sur lesquels les cyclistes ne se sentent pas en sécurité, des « rocades à vélo » pour se déplacer de manière circulaire, ou encore une meilleure intermodalité entre les différents modes de transports.

« 50 % des trajets sur la métropole font moins de quatre kilomètres, on peut imaginer qu’ils soient faits autrement qu’en voiture pour les gens qui sont en capacité de le faire, et cela représente une importante marge de progression », conclut-elle. Décidée à poursuivre ses efforts, en lien avec Vélocité, la ville de Bordeaux pointe un plan vélo déployé depuis 2016 d'une ampleur inédite en France sur la métropole avec un budget de 70 millions d’euros sur quatre ans.