Bordeaux : La fac de la Victoire fermée plusieurs semaines à cause de dégradation, annonce l’université

MANIF Le site universitaire situé dans le centre de Bordeaux a été un temps occupé en décembre par des étudiants contre la réforme des retraites

20 Minutes avec AFP

— 

Lors de la manifestation du 17 décembre à Bordeaux.
Lors de la manifestation du 17 décembre à Bordeaux. — UGO AMEZ/SIPA

Le campus de la Victoire à Bordeaux restera fermé lundi en raison de dégradations commises pendant l’occupation des étudiants en décembre, a indiqué la présidence de l’université de Bordeaux. Les étudiants ont occupé début décembre ce site situé dans le centre-ville jusqu’à son évacuation par les forces de l’ordre le 27 décembre, pour dénoncer la précarité et la réforme des retraites.

« Des dégradations importantes et multiples dont certaines touchent les équipements indispensables pour garantir la sécurité et donc le fonctionnement de ce site » ont été constatées, a indiqué dans un tweet et sur sa page Facebook la présidence. « De telles conditions nous obligent à prolonger la période de fermeture pendant plusieurs semaines jusqu’à ce que les exigences de sécurité puissent être rétablies », a-t-elle poursuivi, précisant que « l’ensemble des activités, notamment pédagogiques, devra donc faire l’objet d’une relocalisation pendant cette période ».

Faire porter le chapeau aux étudiants et étudiantes grévistes

Des étudiants et étudiantes ont réagi sur la page Facebook de l’université, indiquant ne pas avoir été prévenus par courriel et demandant où auraient lieu leurs cours. « L’université dit qu’il y a eu des dégradations. Quelques portes ont pu être cassées mais cela ne nécessite certainement pas des semaines de travaux », a déclaré un étudiant participant à ce mouvement, sous couvert d’anonymat.

« Là, la volonté de l’université, c’est de faire porter la responsabilité à ceux qui ont occupé une partie des bâtiments et d’empêcher les étudiants de se mobiliser pour les mouvements de la semaine prochaine, notamment le 9 janvier », a-t-il poursuivi.