Gironde : 22 nouveaux collèges en cinq ans, le plus important plan de France déployé dans le département

EDUCATION D’ici à 2024, la Gironde se prépare à accueillir près de 12.000 collégiens supplémentaires par rapport à 2016. Pour y faire face, elle a lancé un grand plan collèges, avec 12 nouveaux collèges livrés et 10 réhabilités

Elsa Provenzano

— 

Le collège Jaques Ellul dans le quartier de la Bastide ouvrira en septembre 2021. Lancer le diaporama
Le collège Jaques Ellul dans le quartier de la Bastide ouvrira en septembre 2021. — Agence Latour-Salier / Département de la Gironde
  • Le département de Gironde a lancé un grand plan collèges, dont les livraisons vont s’enchaîner entre 2021 et 2025.
  • Pour faire face à la démographie galopante, le budget a été relevé et les capacités d’accueil des établissements augmentées.
  • Dix nouveaux collèges vont sortir de terre, et 12 établissements vont être réhabilités.

On met le paquet pour accueillir les nouveaux collégiens en Gironde. Lancé en septembre 2017, le plan collèges du département a déjà été revu à la hausse face à l’essor démographique, qui se traduit par l’arrivée de 20.000 nouveaux habitants chaque année. Le budget a été relevé de 470 à 640 millions d’euros pour augmenter la capacité d’accueil des 22 collèges prévus, dont 10 constructions nouvelles et 12 lourdes réhabilitations. Et la construction d’un treizième collège est déjà envisagée dans le sud de la métropole.

Ce jeudi, le département a présenté 15 des 22 projets concernant les collèges girondins, et pour lesquels des équipes d’architectes ont été sélectionnées. Les livraisons vont s’enchaîner à un rythme soutenu à partir de la rentrée 2021 et jusqu’en 2024. « Ce niveau de plan de charge n’a jamais été égalé en Gironde, ni même en France, souligne Jean-Luc Gleyze, le président du département. C’est le plus ambitieux en nombre de collèges, au vu de l’investissement et aussi par rapport aux délais de réalisation. »

Des espaces mutualisables

A Bordeaux, par exemple, dans le quartier de la Bastide, dont la population va passer de 15.000 à 30.000 habitants d’ici à 2030, un nouveau collège d’une capacité maximum d’accueil de 800 places va ouvrir en septembre 2021. Une très bonne nouvelle pour Bertrand Salinier, le principal de l’actuel collège Jacques Ellul, qui va disparaître au profit de la nouvelle construction. « Actuellement, on a 334 élèves, mais on fait partie des collèges les plus évités, explique-t-il. Cela va changer avec ce nouveau collège, où l’on veut davantage de mixité sociale. A l’ouverture, on envisage de partir avec un effectif de 450 élèves, même s’il est difficile de l’évaluer maintenant ».

Dans le nouvel établissement, plusieurs espaces (de restauration, de musique, de sport, etc.) pourront être mis à disposition (hors temps scolaires) des associations locales. « C’est comme cela qu’on envisage le collège de demain, avec des espaces mutualisables, plutôt en rez-de-chaussée, précise Carole Guere, conseillère départementale et présidente de la commission collèges. En particulier dans des secteurs où peu de foncier est disponible ».

Pour déterminer les lieux des implantations des collèges, le département a enquêté auprès des communes et des acteurs économiques sur les projets en gestation, en lien avec l’Inspection d’académie. Si logiquement, la Métropole concentre beaucoup de projets, il en existe plusieurs au-delà des frontières métropolitaines comme à Arveyres, Langon, Marsas, le Pian-Médoc, Saint-Selve, le Barp et Lussac.