Municipales 2020 à Bordeaux : Le socialiste Matthieu Rouveyre quitte la politique, quels effets sur la campagne à gauche ?

ELECTIONS Le socialiste Matthieu Rouveyre a contribué à fonder l’association Bordeaux Maintenant, en amont des élections municipales. Après un échec des négociations avec la liste écologiste, et en raison d’un projet personnel, il va quitter la vie politique

Elsa Provenzano

— 

Matthieu Rouveyre, président du groupe socialiste à Bordeaux
Matthieu Rouveyre, président du groupe socialiste à Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES
  • Elu municipal d’opposition très actif, Matthieu Rouveyre (PS) a annoncé il y a quelques jours son souhait d’arrêter la politique à quelques mois des élections municipales.
  • Son annonce n’empêche pas les discussions du PS girondin avec la liste écologiste ni la possible présentation d’une liste par son association Bordeaux Maintenant.
  • L’élu, aux mandats municipal et départemental, va arrêter prochainement sa carrière politique pour faire le tour du monde.

A 42 ans, Matthieu Rouveyre, le plus farouche opposant d’Alain Juppé au conseil municipal sur les bancs de l’opposition socialiste, a annoncé il y a quelques jours qu’il allait arrêter sa carrière politique.

Fondateur de l’association Bordeaux Maintenant, sorte de think thank taillé sur mesure pour préparer une campagne municipale, il a créé la surprise en faisant cette annonce à quelques mois de l’échéance électorale. Il continuera d’apporter son aide « sur le fond » à son équipe, prévenue depuis un moment de ses intentions de partir pour exercer son métier autour du digital marketing, mais depuis l’étranger.

Un accord imminent entre les écologistes et le PS

Les discussions avec la liste écologiste menée par Pierre Hurmic ont tourné court mais pour celui qui a été opposant pendant treize ans au conseil municipal « on ne résume pas une décision aussi importante à une histoire de places ». « Un accord [entre le PS et la liste écologiste] est en bonne voie mais il n’a pas encore été signé, précise Emmanuelle Ajon, première secrétaire fédérale du PS Gironde et conseillère municipale. Des efforts incroyables sont réalisés par le PS en ce moment historique, il prend ses responsabilités ».

Elle souligne « l’indépendance totale » entre Bordeaux Maintenant et le parti socialiste et retient que Matthieu Rouveyre « met fin à une aventure individuelle ». Celui-ci n’a pas l’intention de quitter le parti socialiste mais précise qu’en son son sein, « ceux qui voulaient obtenir des garanties [dans le cadre d’un accord avec les Verts] les ont eues ».

« Une décision personnelle »

De son côté, la tête de liste écologiste Pierre Hurmic insiste sur « une décision personnelle, un choix de vie » de Matthieu Rouveyre, qui avait un pied au PS et un pied en dehors ». L’opposant infatigable persiste à penser qu’il y a une vraie opportunité pour la gauche après le départ d’Alain Juppé pour le conseil Constitutionnel : « il s’agit de mettre les ego de côté, pour gagner des élections il faut réunir ». Emmanuelle Ajon se montre optimiste sur l’issue de l’accord socialiste avec la liste écologiste, qui devrait aboutir avant les vacances de Noël et repousse toute idée d’un affaiblissement du parti après le départ annoncé de Matthieu Rouveyre : « le PS bordelais se reconstruit avec une nouvelle génération ».

Matthieu Rouveyre, qui ira au bout de son mandat départemental jusqu’en mars 2021, rappelle que Bordeaux Maintenant n’a pas abandonné l’idée de présenter une liste, même si elle lee ferait alors sans lui. « C’est un politique né et il savait que cette élection n’était pas pour lui, qu’il ne serait pas en tête, analyse Jean Petaux, politologue à Sciences po Bordeaux. Il n’a pas de troupe et n’aurait pas tiré les marrons du feu ».

Le jeu est très ouvert pour la première fois depuis des décennies à Bordeaux mais trop incertain aussi, peut-être, pour l’élu socialiste qui préfère concrétiser ses projets de tour du monde plutôt que de rester en terres bordelaises pour y jouer un second rôle.