Bordeaux : L’association « Toit à moi » achète des appartements pour loger des sans-abris

SOCIAL L’association Toit à moi s’implante sur la métropole de Bordeaux. Elle a acheté trois appartements dans lesquels des personnes en grande précarité seront logées et accompagnées par une éducatrice spécialisée.

Elsa Provenzano

— 

L'association Toit à moi a acquis trois logements destinés à héberger des sans-abris sur la métropole bordelaise.
L'association Toit à moi a acquis trois logements destinés à héberger des sans-abris sur la métropole bordelaise. — MICHEL GANGNE / AFP
  • L’association « Toit à moi » qui loge et accompagne des personnes sans abris vient de s’implanter sur la métropole bordelaise.
  • Trois logements ont été achetés par la structure et début 2020, les premières personnes précaires s’y installeront.
  • Elles seront accompagnées dans cette transition par une éducatrice spécialisée.

Loger et pas seulement héberger des personnes à la rue, c’est la mission que s’est fixée l'association « Toit et moi ». Créée en 2007 à Nantes, elle s’implante aujourd’hui sur la métropole girondine grâce à l’initiative de deux Bordelaises, devenues depuis d’actives bénévoles, qui ont contacté l’association.

La structure a acheté trois logements (à Bordeaux, Lormont et Bègles) grâce aux dons d’une trentaine de parrains et marraines, et de mécènes qui permettent à l’association de contracter des crédits. Les premiers occupants arriveront au début de l’année 2020 et seront accompagnés par une éducatrice spécialisée.

Un appel au bénévolat

« Toit et moi » s’adresse aux structures sociales locales pour identifier des personnes en grande précarité qui sont « en fin de parcours dans un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) en sortie de centre de soins, ou à la rue depuis très longtemps », explique Sandra Courouau, l’éducatrice spécialisée recrutée par l’association sur ce projet et qui a travaillé pendant huit ans en addictologie. Deux des trois logements, des T2, peuvent accueillir des couples ou des parents isolés avec enfants.

Le rôle de l’éducatrice sera de les accompagner sur le plan de la socialisation, des soins et des projets de professionnalisation éventuels, en lien avec les partenaires sociaux de l’association. Elle recherche des bénévoles pour « partager des moments de convivialité avec elles, ce peut être simplement un café, une balade ou une sortie culturelle ». Le rôle des bénévoles est central dans le dispositif. « Ce sont des moments primordiaux pour ces personnes bien détruites par la vie », insiste-t-elle.

Les personnes sans abris logées par l’association participeront symboliquement au loyer « pour qu’elles s’approprient le logement et aussi qu’elles récupèrent une place dans la société », explique Sandra Courouau. A leur entrée dans les lieux, elles signent un contrat d’occupation d’une durée de neuf mois renouvelable, et un contrat d’accompagnement qui court « tant qu’elles restent actives dans leur démarche », précise l’éducatrice.

Les personnes peuvent rester de quelques mois à plusieurs années dans ces logements, le temps de se reconstruire et poursuivre ensuite leur vie dans un logement classique.

L’association est déjà implantée dans cinq villes (Nantes, Lyon, Toulouse, Angers, Région parisienne) et vient de s’installer à Bordeaux. A ce jour, 60 personnes ont été ainsi accompagnées dans les 22 logements de l’association.