« Anticiper les situations de violence »

Recueilli par Marion Guillot - ©2008 20 minutes

— 

Jack Allais

Secrétaire régional Aquitaine et Poitou-Charentes de Synergie.

Pourquoi avoir choisi les nouvelles technologies comme thème de ce congrès national ?

Les fichiers de renseignements, la biométrie et autres outils technologiques nous aident à progresser dans nos enquêtes et améliorent les taux d'élucidation. Nous sommes notés tous les mois, donc il est important d'obtenir des résultats et de retrouver les auteurs d'infractions. La police technique et les fichiers, comme Edvirs (ex-Edvige), permettent d'exploiter des données utiles pour assurer la sécurité publique.

En quoi Edvirs peut-il vous aider ?

En collectant un ensemble de renseignements, ce fichier permet d'anticiper sur les situations de violence, notamment les phénomènes de bandes.

Dans quels cas par exemple ?

Il est important d'identifier les leaders de bandes, qui peuvent porter des atteintes graves à la sécurité des personnes et des biens. Avec ces informations, on aurait peut-être pu éviter les jets de cannettes dont ont été victimes les policiers postés devant la mairie de Bordeaux, le soir de l'élection présidentielle...

Où en est le projet d'implanter l'école nationale des officiers de police à Bordeaux ?

Un appel d'offres a été lancé par l'Etat. La mairie de Bordeaux y a répondu et a proposé un terrain à la Bastide. Mais sa réalisation, qui nécessite au moins 60 millions d'euros, pourrait être retardée par la crise budgétaire.