Tempête Amélie en Nouvelle-Aquitaine : Des dégâts matériels après le gros coup de vent et les pluies diluviennes

INTEMPERIES Au milieu de la nuit de samedi à dimanche, la tempête automnale a frappé la région Nouvelle-Aquitaine en commençant par la côte Atlantique

Elsa Provenzano

— 

La mer était agitée près du rocher de la Vierge, à Biarritz.
La mer était agitée près du rocher de la Vierge, à Biarritz. — GAIZKA IROZ / AFP
  • La tempête automnale Amélie a frappé la région Nouvelle-Aquitaine dans la nuit de samedi à dimanche, provoquant des dégâts uniquement matériels.
  • Plus de 110.000 foyers ont été privés d’électricité dans la région, en raison de chutes d’arbres sur les lignes électriques.
  • Les réseaux de transports de la métropole et les TER de la région ont été paralysés ce dimanche matin avant un retour progressif à la normale dans la journée.
  • En Charente-Maritime, des routes secondaires ont été inondées.

Les habitants de la région Nouvelle-Aquitaine n’ont pas tous bien dormi dans la nuit de samedi à dimanche. Comme annoncé par Météo France, la tempête Amélie a frappé la région provoquant des pluies torrentielles et de grosses rafales de vent, sur les côtes puis à l’intérieur des terres.

Des pointes de vent à 153 km/h ont été enregistrées sur la presqu’île du Cap-Ferret sur la côte girondine, à 110 km/h à Biarritz sur la Côte basque mais aussi à 121 km/h à Mérignac sur la métropole bordelaise.

La vigilance orange de Météo France a été levée ce dimanche midi pour les départements de la Nouvelle-Aquitaine, région dans laquelle jusqu’à 110.000 foyers environ ont été privés d’électricité après des chutes d’arbres sur des lignes. En Gironde, les pompiers sont intervenus des centaines de fois, « principalement pour des objets menaçant de tomber », précise l’officier en charge de la communication ce dimanche. Il indique qu’il n’y a pas eu d’événement particulier ni de blessé.

Le réseau de transports de la métropole bordelaise était paralysé ce dimanche matin puisque des dégagements de voies devaient être réalisés après les fortes rafales de vent. Les trois lignes du tramway ont repris progressivement en fin de matinée. Le trafic des bus a aussi repris doucement, avec des déviations partielles, en raison de branchages ou autres objets sur la chaussée. Les navettes fluviales batcub n’ont pas pu circuler ce dimanche en raison d’une forte houle.

Le trafic des TER a aussi été perturbé dans la région, le temps que la SNCF s’assure que les voies étaient bien praticables. En Charente-Maritime, les intempéries ont provoqué, en plus de 8.000 coupures d’électricité, des inondations sur les chaussées du réseau routier secondaire. Dimanche matin, 70 pompiers étaient mobilisés sur ce département. En début de soirée, 2.000 foyers restaient privés d’électricité dans ce département.

A Mimizan, dans les Landes, le vent a aussi soufflé fort, provoquant l’effondrement de la toiture du Casino de la ville. Quelque 10.000 foyers se sont retrouvés sans électricité ce dimanche matin et 5.000 en début de soirée.

Les équipes d’Enedis travaillent à rétablir l’électricité dans les départements de la région et notamment en Gironde, le plus touché, avec jusqu’à 45.000 coupures au petit matin et encore 21.000 en début de soirée ce dimanche.