Bordeaux : Face au géant chinois, une Bordelaise recrée une petite filière européenne du parapluie

COMMERCE Après les parasols et les ombrelles de poussettes, la petite entreprise bordelaise Klaoos propose des précommandes de ses parapluies robustes à base de polyester recyclé avant le lancement officiel de la commercialisation en décembre

Elsa Provenzano

— 

Ces parapluies fabriqués en Europe sont conçus pour durer. Lancer le diaporama
Ces parapluies fabriqués en Europe sont conçus pour durer. — Klaoos
  • Klaoos est une petite entreprise bordelaise qui propose des parapluies robustes en polyester recyclé fabriqués entre l’Allemagne, la France et l’Italie.
  • Les précommandes sont en cours et la commercialisation commencera en décembre.
  • La marque propose déjà des parasols et des ombrelles de poussettes sur son site d’e-commerce.
Claudia Calcina a fondé Klaoos qui propose parasols, ombrelles de poussettes et bientôt parapluies robustes et fabriqués en Europe.

Votre parapluie est sûrement fabriqué en Chine, un pays qui est en quasi-situation de monopole sur ce marché depuis 20 à 30 ans. Avant cela, une filière européenne existait et la Bordelaise Claudia Calcina a fait le pari de la faire revivre à petite échelle, en proposant avec sa société Klaoos un produit fabriqué entre l’Allemagne, la France et l’Italie.

Accompagnée par la pépinière « le Campement » à Darwin depuis 2017, cette Bordelaise a développé un objet robuste et qualitatif sur un marché où le bas de gamme règne sans partage. L’idée est aussi de proposer un accessoire esthétique alors qu’elle estime que c’est un objet un peu « resté à la traîne » côté design.  Depuis la mi-octobre, Klaoos propose ses parapluies en pré-commande avant leur commercialisation en ligne dès décembre. Des parasols et ombrelles de poussette y sont déjà disponibles.

« Fabriqués dans un rayon de 1.000 km autour de Bordeaux »

Une partie des textiles de Klaoos vient d’Allemagne, l’impression se fait majoritairement en France et enfin la fabrication des structures puis l’assemblage des coutures sont réalisés en Italie. « Il reste du savoir-faire dans nos territoires alors pourquoi aller à l’autre bout du monde ? lance Claudia Calcina. On produit dans un rayon de 1.000 km autour de Bordeaux et pour un produit comme ça, c’est déjà une belle performance ».

« On ne peut pas faire des parapluies ou des parasols en coton bio, ça n’existe pas, continue-t-elle. Les parapluies sont en polyester car ils doivent résister aux intempéries, aux UV etc., ce sont des textiles d’extérieur très sollicités ». Alors pour rester fidèle à une démarche éco-responsable, la fondatrice de Klaoos a fait le choix du polyester recyclé.

« Quand on utilise un textile recyclé, on épargne deux tiers des émissions de CO2 par rapport à un textile polyester qui vient directement du pétrole », souligne-t-elle. Pour ses impressions, Klaoos n’utilisent que des encres sans solvants et qui peuvent être absorbés par le textile, pour éviter les rejets dans les eaux usées.

Un produit de qualité qui a un prix

Les cinq modèles de parapluies de Klaoos sont en prévente entre 50 à 60 euros l’unité et seront ensuite proposés entre 69 et 89 euros sur le site. Des tarifs qui positionnent le pépin de Klaoos sur les prix d’entrée des parapluies haut de gamme. « Il faut comprendre que nos marges sont faibles, car quand on décide de produire en Europe il y a un coût de la manufacture qui n’est pas le même qu’à l’extérieur des frontières européennes, explique la gérante de Klaoos. Les gens sont payés de manière juste et leurs droits sont respectés. »

Si le tarif peut paraître élevé pour cet accessoire, Claudia Calcina estime que c’est parce qu’on est habitué à le considérer comme un produit quasi jetable et que l’on a perdu de vue la vraie valeur du produit. Elle en veut pour preuve qu’en France 12 millions de parapluies sont vendus par an, ce qui signifie qu’au moins un Français sur cinq renouvelle son parapluie tous les ans, au minimum.

De son côté, Klaoos promet des parapluies conçus pour durer dans le temps, par tous les temps.

De jeunes pousses de l’économie verte s’implantent à Darwin