Bassin d’Arcachon : La très populaire dégustation d'huîtres dans les cabanes vire à l'imbroglio judiciaire

ECUEIL Les gérants de la célèbre cabane ostréicole Le Routioutiou, au port de Larros à Gujan-Mestras, se retrouvent convoqués devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour activité commerciale illégale

Mickaël Bosredon

— 

L’ostréicultrice Géraldine Vigier, à Gujan-Mestras, devra comparaître pour activité commerciale illégale.
L’ostréicultrice Géraldine Vigier, à Gujan-Mestras, devra comparaître pour activité commerciale illégale. — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • L’ostréicultrice Géraldine Vigier, co-gérante du Routioutiou, a décidé d’entamer une grève de la faim lundi, pour protester contre son renvoi en correctionnelle pour dissimulation d’activité.
  • L’Urssaf, sur la base d’une enquête de gendarmerie, estime que l’activité de  dégustation de ce célèbre établissement du bassin d’Arcachon, relève plus du commerce et de la restauration que de l’ostréiculture.
  • Géraldine Vigier explique, elle, être dans les clous, et craint pour cette pratique désormais bien répandue au sein de la profession.

Ah, le bassin d’Arcachon, sa dune du Pilat, ses cabanes tchanquées… Depuis quelques années, les cabanes ostréicoles, et notamment Le Routioutiou au port de Larros, sont venues compléter la carte postale idéale du bassin. Le touriste, comme le local, adorent venir y déguster quelques huîtres, accompagnées de pâté et de vin blanc.

Le Routioutiou, à Gujan-Mestras.
Le Routioutiou, à Gujan-Mestras. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Pourra-t-on continuer longtemps à venir savourer le fameux coquillage, directement issu du producteur, de cette façon ? L'ostréicultrice Géraldine Vigier, gérante du Routioutiou avec son mari Fabrice, est en tout cas très remontée contre un contrôle qu’elle a subi il y a deux ans et demi, qui lui vaut un renvoi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux le 25 novembre prochain, pour « travail dissimulé par dissimulation d’activité. » En gros pour commerce illégal. Elle a entamé lundi une grève de la faim, pour protester contre cette situation, et alerter sur la menace qui pèserait selon elle sur toute la profession.

« L’activité principale de l’entreprise doit bien rester l’activité ostréicole »

Après un contrôle en août 2017, l'Urssaf, sur la base de l’enquête de gendarmerie réalisée depuis, estime aujourd’hui que l’activité du Routioutiou relève plus du commerce et de la restauration que de l’ostréiculture, et considère donc qu’elle doit être affiliée à son régime. Il lui est réclamé plus de 300.000 euros à ce titre. Il est aussi reproché à Géraldine Vigier de ne pas avoir déclaré deux de ses employés – ce qu’elle conteste. A son mari Fabrice, il est reproché d’avoir réalisé une pêche au filet sur son parc à huîtres le 16 août 2017 – veille du contrôle de l’établissement – alors qu’il n’était plus autorisé à pêcher.

Le port de Larros à Gujan-Mestras
Le port de Larros à Gujan-Mestras - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Pour rappel, les cabanes ostréicoles sont autorisées à effectuer de la dégustation, mais l’activité est strictement encadrée. Contacté par 20 Minutes, Thierry Lafon, président régional du comité de conchyliculture d'Arcachon et d'Aquitaine, explique que ces cabanes « sont situées sur du domaine public, en l’occurrence le domaine maritime, et bénéficient d’autorisations d’occupation temporaires qui interdisent l’activité commerciale », la dégustation d’huîtres n’étant pas considérée comme une activité commerciale, mais bien le prolongement de l'activité conchylicole.

Le port de Larros sur le basin d'Arcachon compte plusieurs cabanes ostréicoles proposant de la dégustation.
Le port de Larros sur le basin d'Arcachon compte plusieurs cabanes ostréicoles proposant de la dégustation. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

En revanche, « nous avons négocié une dérogation, c’est le fameux arrêté du 11 avril 2011, qui nous autorise à accompagner ces dégustations d’huîtres d’un certain nombre de produits : pain, beurre, pâté, bulots, crevettes et vin blanc », poursuit Thierry Lafon. Cette partie relève, elle, de l’activité commerciale. Cet arrêté précise qu’il a pour objectif « d’harmoniser » les conditions de ces dégustations « afin d’éviter une concurrence déloyale entre ostréiculteurs et professionnels de la restauration. » « Mais l’activité principale de l’entreprise doit bien rester l’activité ostréicole », martèle Thierry Lafon.

« On a estimé que j’ai réalisé 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires, ce qui est improbable »

Géraldine Vigier assure être dans les clous. « Notre cabane est une EARL, Etablissement agricole à responsabilité limitée, mon travail premier c’est l’ostréiculture », maintient-elle. Elle conteste la plupart des éléments de l’enquête. « Il a été effectué une reconstitution de mon chiffre d’affaires commercial en 2017, qui prend en compte les ventes d’huîtres, alors que c’est un élément qui entre dans la partie agricole de mon activité. Sur des faux chiffres, on a ainsi estimé que j’ai réalisé 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires, ce qui est totalement improbable. »

Si l’ostréicultrice reconnaît qu’après un agrandissement en 2016, « on a fait plus de chiffre, forcément », elle en conclut que cela a juste des conséquences sur son régime fiscal. « Mais je reste agricultrice et affiliée aux régimes sociaux de la MSA (Mutuelle sociale agricole) et de l’Enim (Etablissement national des invalides de la marine). » Donc, pour elle, il n’y a aucune raison que ses salariés soient affiliés au régime de l’Urssaf. « Ils vont parfois en mer, parfois ils trient des huîtres, ils relèvent donc eux aussi soit de l’Enim soit de la MSA. »

« On me reproche d’être responsable du "scandale des dégustations d’huîtres" sur le bassin »

Géraldine Vigier pointe de la « jalousie » face au succès de son établissement. Il est vrai que Le Routioutiou est devenu en quelques années une adresse incontournable, et que la cabane qui n’a cessé de s’agrandir et de s’embellir, a pris des allures de restaurant. Elle n’est d’ailleurs pas la seule. L’ostréicultrice estime, elle, avoir eu à « s’adapter aux évolutions de la législation même si cela nécessitait de lourds investissements alors que nous ne sommes pas chez nous. »

« Nous sommes installés ici depuis 18 ans, poursuit-elle, et on a été les premiers à faire cela, on a essuyé les plâtres. Maintenant, on me reproche d’être responsable du "scandale des dégustations d’huîtres" sur le bassin d’Arcachon ! Aujourd’hui, sur 280 entreprises ostréicoles sur le bassin, 140 font de la dégustation, moi je dis tant mieux si ça a permis de sauver des ostréiculteurs qui allaient mal. »

La salle de la cabane Le Routioutiou, à Gujan-Mestras sur le bassin d'Arcachon.
La salle de la cabane Le Routioutiou, à Gujan-Mestras sur le bassin d'Arcachon. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Elle se dit aussi « fatiguée » par « deux ans et demi d’enquête, 15 h de garde à vue, une perquisition à la maison, trois contrôles fiscaux »… « Ici, ils m’ont tout démonté parce qu’ils étaient persuadés que c’était une usine à "black". Beaucoup pensent qu’on se gave, mais moi je fais 97 % de mon chiffre en carte bleue », se défend-elle.

« La dégustation d’huîtres est devenue un élément structurant pour la filière »

Le président du comité de la conchyliculture assure de son côté que « cette entreprise a été contrôlée tout comme d’autres, mais s’il s’avère que des huîtres ont été comptées dans la partie commerciale de leur activité, effectivement ce serait une erreur. Toutefois, je suis tenu à une certaine neutralité, il ne m’appartient pas de juger. »

Si Thierry Lafon reconnaît que « la dégustation d’huîtres est devenue un élément structurant pour la filière, à Arcachon et partout en France » il s’inquiète « des stratégies d’entreprises qui font le choix de se rabattre uniquement là-dessus. Nous, on met en garde régulièrement contre les possibles dérives. En fonction de la décision de justice qui sera rendue, ce sera à nous de tirer les leçons de cette affaire. »

Contactés, ni l’Urssaf ni la préfecture n’ont souhaité réagir, « tant que l’affaire est en cours d’audiencement auprès du tribunal correctionnel ».