Bordeaux : Ce que l’on sait, après l’effondrement d’une grue sur huit maisons

ACCIDENT Vendredi après-midi, une grue qui était en train d’être installée pour un chantier sur la rive droite de Bordeaux, s’est effondrée sur huit maisons, sans faire de blessés

Mickaël Bosredon
— 
Le camion a basculé, et entraîné la grue dans sa chute qui s'est effondrée sur les maisons.
Le camion a basculé, et entraîné la grue dans sa chute qui s'est effondrée sur les maisons. — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Plusieurs auditions ont eu lieu depuis vendredi, notamment celle du conducteur de la grue dont la garde à vue a été levée samedi.
  • Les enquêteurs cherchent à savoir si toutes les conditions de sécurité étaient réunies au moment de l’installation de cette grue.
  • Des mesures d’urgence ont été prises par la mairie de Bordeaux, qui va reloger une partie des sinistrés.

Quarante-huit heures après l'effondrement d'une grue sur huit maisons de la rive droite de Bordeaux, l'enquête se poursuit et n’a pas encore révélé ses conclusions. On sait toutefois que c’est au cours de la finalisation du montage de la grue, rue du Capitaine-Ferrand, que l'accident s'est produit, vendredi vers 15h30, certainement en raison d’un affaissement de terrain.

Une grue de chantier s'est effondrée sur huit maisons à Bordeaux, le 25 octobre 2019.
Une grue de chantier s'est effondrée sur huit maisons à Bordeaux, le 25 octobre 2019. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Les auditions se sont enchaînées depuis l’accident, notamment celle du conducteur de la grue, qui a été placé en garde à vue dès vendredi, mesure levée samedi. L’objectif pour les enquêteurs est de déterminer si toutes les conditions de sécurité étaient bien réunies, etsi le délit de mise en danger de la vie d'autrui peut être caractérisé.

Des riverains avaient manifesté leur mécontentement contre le chantier

Maire-adjoint de permanence, Pierre Lothaire explique à 20 Minutes que « la police scientifique est passée, et va certainement encore revenir sur place ». Dans ces conditions, l’élu estime que la grue ne pourra être enlevée « avant trois ou quatre jours. » « Pour le moment, nous sommes dans l’attente des conclusions de l’enquête, même si on peut supposer qu’il y a eu une déstabilisation du sol, ce qui a fait basculer la grue », explique-t-il.

La grue s'est effondrée sur huit habitations, et en a éventrée une.
La grue s'est effondrée sur huit habitations, et en a éventrée une. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Des riverains avaient manifesté leur mécontentement contre ce chantier de construction de 33 logements, par le promoteur toulousain LP Promotion. « Il y avait une pétition contre le chantier de construction de cette résidence, nous assure Pierre Lothaire. Mais il y a souvent des contestations contre les projets urbains à Bordeaux, et je ne crois pas qu’il y avait de problème inhérent à cette construction en particulier. »

Arrêté de péril imminent

La municipalité a dû prendre de son côté des mesures d’urgence, notamment un arrêté de péril imminent en raison du risque d’effondrement des huit bâtiments touchés, et dont la toiture a été transpercée par la grue. Des barrières ont aussi été installées pour délimiter un périmètre de sécurité.

Un périmètre de sécurité a été établi par la mairie de Bordeaux.
Un périmètre de sécurité a été établi par la mairie de Bordeaux. - Mickaël Bosredon/20 Minutes

« Avec le CCAS (centre communal d’action sociale), nous avons relogé trois personnes vendredi soir, ajoute Pierre Lothaire, les autres ayant été accueillies par des voisins. Toutefois, j’ai demandé au promoteur de mettre à disposition des familles concernées huit logements à partir de lundi. J’ai aussi demandé que l’on bâche les maisons, et nous avons instauré un gardiennage de nuit, pour protéger les biens des personnes. »

Très spectaculaire, l’accident n’a fait aucun blessé. « Heureusement que les gens n’étaient pas rentrés de leur travail » souffle l’élu bordelais. D’importants moyens de secours avaient été dépêchés sur place vendredi, notamment une équipe cynotechnique pour fouiller les décombres.