Bordeaux : Une liaison ferroviaire vers Londres espérée pour 2022

TRANSPORTS Ce vendredi, le jumelage entre les gares de Bordeaux Saint-Jean et Londres Saint-Pancras a été officialisé et marque une étape dans le futur projet d’une ligne ferroviaire entre les deux villes…

Elsa Provenzano

— 

L'arrivée d'un Eurostar en gare de Londres Saint-Pancras.
L'arrivée d'un Eurostar en gare de Londres Saint-Pancras. — Frank Augstein/AP/SIPA
  • Les gares de Bordeaux Saint-Jean et Londres Saint-Pancras ont été jumelées officiellement ce vendredi sur le parvis de la gare de girondine.
  • Une étape sur le chemin du projet d’une ligne ferroviaire entre Bordeaux et Londres, envisagée pour 2022.
  • Selon nos informations, les fréquences envisagées seraient de deux à quatre allers-retours par semaine entre les deux villes.

Relier Bordeaux à Londres en cinq heures à partir de 2022, c’est un projet dont on parle depuis plusieurs années et qui prend doucement forme. S’il n’y a à ce jour ni opérateur pour cette future ligne ni même un calendrier vraiment arrêté, une étape a été franchie néanmoins ce vendredi avec le jumelage des gares de Bordeaux Saint-Jean et de Londres Saint-Pancras. Il a été l’occasion de rappeler le soutien à ce projet de l’Etat, de la Région et de la Ville, soucieux d’envoyer un signal positif aux opérateurs ferroviaires.

Deux à quatre allers-retours par semaine

« J’ai hâte de voir s’inscrire Bordeaux Saint-Jean sur les panneaux d’affichage de la gare de Saint-Pancras », s’enthousiasme Dyan Crowther, directrice générale de High Speed One (gestionnaire de la voie ferrée à grande vitesse entre le tunnel sous la Manche et Londres) venue à Bordeaux pour officialiser le jumelage. « Pour que le projet se concrétise, il faudra qu’un opérateur se manifeste mais aussi qu’on réfléchisse à comment équiper la gare d’un service de douane et d’une police aux frontières », précise Claude Solard, Directeur général de SNCF Gares & Connexions. En 2016, Eurostar avait fait part de son intérêt pour cette ligne, dans la perspective de la mise en service (en 2017) de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Paris.

Si Saint-Pancras est déjà une gare internationale, ce n’est pas le cas de Bordeaux Saint-Jean qui devra subir des aménagements. Mais l’étude de faisabilité réalisée à ce sujet ne montrait pas d’obstacle particulier à leurs réalisations.

Selon nos informations, il serait envisagé de proposer deux à quatre allers-retours par semaine entre Bordeaux et Londres à partir de 2022. Les élus présents n’ont pas négligé de souligner les liens historiques entre la Grande-Bretagne et les habitants de la région, rappelant que 40.000 Britanniques vivent en Nouvelle Aquitaine. « Il va falloir réapprendre à avoir des relations bilatérales, a lancé Nicolas Florian (LR), maire de Bordeaux, en allusion au Brexit, et à Bordeaux, on a un petit temps d’avance ! »