Bordeaux : Navette fluviale, nouveau pont, pistes cyclables… Le maire Nicolas Florian se lâche sur les projets de mobilité

DEPLACEMENTS Nicolas Florian a annoncé toute une série de mesures et de projets qu’il souhaite mettre en place prochainement

Mickaël Bosredon

— 

Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, à l'hôtel de ville le 14 octobre 2019.
Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, à l'hôtel de ville le 14 octobre 2019. — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Il estime que la mobilité est aujourd’hui le problème numéro un des Bordelais et qu’il faut des mesures rapides.
  • Nicolas Florian veut accompagner les mobilités douces, notamment le vélo qui se développe fortement à Bordeaux.
  • Il veut aussi faire de la Garonne un véritable axe de transport.

Il a vidé une grosse partie de son arsenal d’un coup. Le maire de Bordeaux Nicolas Florian a tenu ce lundi une conférence de presse-fleuve pour annoncer toutes les réalisations à venir, et ses projets, en ce qui concerne l'amélioration de la mobilité sur l'agglomération, devenue « le sujet numéro un des Bordelais en cette rentrée »

Rocade, fleuve, liaisons cyclables… Le maire a passé en revue toutes les solutions possibles, jusque dans les moindres détails, pour améliorer les problèmes de congestion qui polluent le quotidien des habitants. Sachant, en parallèle, que les « usages » évoluent dans Bordeaux même, puisque la part de la marche représente dorénavant 42 % des déplacements (contre 39 % en 2009), le vélo 15 % (contre 6 %), que les transports en commun stagnent (de 14 % en 2009 à 15 % aujourd’hui) et que la part de la voiture recule (de 40 % en 2009 à 28 %). « Il y a un mouvement profond en faveur de la mobilité douce et notamment du vélo. »

Voici ce qu’il faut retenir des principales propositions du maire bordelais.

Faire une quatre voies sur la rocade en utilisant la bande d’arrêt d’urgence

Le bouclage à deux fois trois voies de la rocade est prévu pour 2022. « Je préconise, comme l’a dit Patrick Bobet (président de la métropole), une expérimentation pour un passage à quatre voies en limitant la vitesse à 70 km/h, a annoncé Nicolas Florian. Cela voudrait dire que l’on rogne sur la bande d’arrêt d’urgence, que l’on réduit la largeur des bandes de roulement, et que l’on réserve la quatrième voie au transit. Je veux aussi une régulation du transit des poids lourds aux heures de pointe, via une zone de stockage des poids lourds en amont et en aval, pour éviter de se retrouver avec 15 % du trafic utilisé par ces véhicules en transit. »

Un transport fluvial, un nouveau pont et un téléphérique sur la Garonne

La Garonne doit devenir un axe majeur des transports à Bordeaux, en allant plus loin qu’avec les actuels BatCub. « Je souhaite qu’on en fasse une nouvelle ligne de transport, une nouvelle ligne de tram. On est capable de pouvoir véhiculer du passager rapidement et dans de bonnes conditions, soit avec des unités qui transportent 150 passagers, ou avec des plus petit format de navettes de 20-30 personnes. L’investissement serait de l’ordre de 27 millions d’euros, notamment pour la construction de pontons. Il y aurait aussi des parkings de rabattement à Bègles et Villenave au sud, et à Blanquefort au nord, et grâce à des bateaux naviguant à 20 nœuds, la desserte pour relier le centre de Bordeaux serait très rapide. »

La Garonne, c’est aussi la question des franchissements. Et même si le chantier du futur pont Simone-Veil entre Bègles et Floirac est à l'arrêt suite à une décision du tribunal administratif, Nicolas Florian envisage déjà un autre pont. « Il pourrait se situer au droit de Bassens rive droite, et il relierait toute la zone de Bordeaux Nord, notamment le stade. Cela permettrait de décongestionner tout ce flux qui passe par le pont d’Aquitaine. Il faut le décider rapidement, ce qui permettrait d’envisager une livraison au même moment que le futur pont Simone-Veil. »

L'idée d'un téléphérique déjà évoquée par le passé, n’est pas non plus écartée par le maire bordelais. « Depuis la gare il pourrait desservir toute la rive droite, vers Brazza, Bastide-Niel et Floirac. »

De nouveaux transports en commun

Nicolas Florian a annoncé qu’il va militer « pour une desserte entre Pellegrin et le campus de Bordeaux, tram ou autre. Pour moi c’est une priorité. » Il réclame aussi « une nouvelle liaison depuis le centre de Caudéran qui connecte la ligne A du tram, ou la future ligne D, via par exemple une navette électrique. »

Une « rocade à vélo » sur les boulevards

Après la rue-vélo à Dandicolle, et l’autoroute à vélo cours du Maréchal-Juin, le maire veut poursuivre la « matérialisation des cheminements sécurisés. » : « Aujourd’hui nous avons 36 km de voies cyclables, l’objectif c’est de doubler d’ici à 2025. Cela imposera un certain nombre de sacrifices, mais il faut être volontariste. Pareil pour les voies apaisées (les bandes cyclables), on en a 38 km et il faut se rapprocher d’une cinquantaine de km. Sur les boulevards, il faut améliorer le cheminement cycliste car c’est dangereux de faire du vélo à cet endroit, pour que cela devienne une vraie rocade à vélo. » Les investissements se monteraient à environ 20 millions d'euros.

L'ensemble de ces projets devrait former la trame du programme transports du candidat aux prochaines municipales. Mais le maire de Bordeaux assure que s'il présente ces sujets maintenant, c'est qu'il est urgent de les mettre sur la table pour obtenir leur financement, notamment dans le cadre du futur contrat de plan Etat-Région (CPER), et des négociations qui vont s'ouvrir concernant le renouvellement de la prochaine délégation de service public (DSP) du réseau de transport bordelais, actuellement exploité par Keolis.