Bordeaux : Le plan « Je marche à l’ombre » du maire Nicolas Florian, pour replanter des arbres en ville

ENVIRONNEMENT Le maire de Bordeaux Nicolas Florian (LR) veut replanter 20.000 arbres d’ici à 2025 dans l’objectif de recréer des îlots de fraîcheur

Mickaël Bosredon

— 

Les travaux de réaménagement de la place de l'Europe, dans le quartier du Grand-Parc à Bordeaux, sont jugés Lancer le diaporama
Les travaux de réaménagement de la place de l'Europe, dans le quartier du Grand-Parc à Bordeaux, sont jugés — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • L’environnement et la place de la nature en ville sont en train de devenir une des thématiques principales de la campagne des municipales.
  • Le conseil municipal a adopté lundi un règlement sur la protection de l’arbre, et lance également un plan canopée pour planter 20.000 arbres d’ici à 2025.
  • Dénonçant la « surenchère » de certains candidats sur ce sujet, le maire Nicolas Florian explique que son objectif est de recréer des espaces ombragés sur les places principales de Bordeaux.

Au fil des sondages et des enquêtes d’opinion, il se confirme que les thématiques sur l'environnement et la place de la nature en ville vont se tailler une part de choix lors de la campagne des municipales. Suite à un conseil lundi qui avait adopté un règlement sur la protection de l’arbre, la municipalité a ainsi embrayé jeudi par une présentation de ses ambitions en la matière.

Ce règlement sur la protection de l’arbre, a détaillé l'adjointe en charge de la nature en ville Magali Fronzes, comporte un volet pédagogique et un autre répressif. Il s’agit de protéger les 46.000 arbres du domaine public, lors de chantiers. Expérimenté durant un an et demi dans plusieurs quartiers, ce dispositif a déjà permis de suivre 300 arbres qui ont fait l’objet de recommandations. Pour les arbres endommagés lors de travaux, « on a sanctionné quelques entreprises à hauteur de 40.000 euros, pour la plupart en nature, car ce que l’on propose c’est de replanter des arbres à proximité à hauteur de la sanction » explique l’élue.

« Inverser le mouvement, et remettre plus de nature en ville »

Ce dispositif va maintenant être étendu à l’ensemble de la ville, et « l’objectif principal est de sensibiliser avant tout » insiste-t-elle. Pour détailler ces mesures, les élus avaient donné rendez-vous place de l’Europe, dans le quartier du Grand-Parc, « car ce qui a été fait ici est exemplaire, assure Magali Fronzes, et cela nous a servis à nous faire la main. » Lors des travaux de réaménagement de la place, « aucune racine n’a été coupée, et on a voulu améliorer les conditions de vie des arbres. C’est ce projet exemplaire que l’on souhaite généraliser partout. »

« Sur l’espace public à Bordeaux, hormis quelques quartiers comme ici, on est plutôt sur de la minéralisation, a reconnu de son côté le maire Nicolas Florian. Cela s’explique par un mouvement qui, à la fin des années 1980, a porté mes prédécesseurs à piétonniser le centre-ville, et on a plutôt artificialisé les choses. Aujourd’hui, il s’agit d’inverser le mouvement, et remettre plus de nature en ville. Il y a urgence, car outre le fait de recréer des îlots de fraîcheur, l’arbre a une fonction de base de décarbonation et de dépollution. »

« Sur ce sujet, vous trouverez toujours certains pour faire de la surenchère »

La ville vient ainsi de se doter d'un plan canopée qui vise à planter 20.000 arbres d’ici 2025, « et pourquoi pas 30.000 d’ici 2030, dans l’objectif de doubler le nombre d’arbres sur l’espace public à Bordeaux » a lancé Nicolas Florian, qui s’est risqué à qualifier son dispositif de plan « Je marche à l’ombre »…

« Je sais que sur ce sujet, vous trouverez toujours certains pour faire de la surenchère, a-t-il ajouté : 100.000, 200.000 pourquoi pas un million d’arbres supplémentaires… Nous, on essaie d’aller vers des choses pragmatiques et cohérentes. »

Des espaces ombragés à Pey-Berland, Victoire, Tourny…

L’objectif visé avec ce plan est de reconstruire des lieux de vie sur certaines places bordelaises. « On a été raillé cet été quand on a fait l’ombrière à Pey-Berland, s’est un peu agacé le maire. Mais pourquoi a-t-on fait cela ? C’est pour imaginer le futur enracinement d’une partie de la place, et nous avons des architectes qui travaillent dessus. Il y aura un espace ombragé sur cette place, pour en faire un lieu de vie. On travaille aussi sur la Victoire, Tourny… »

En revanche, aucun plan de cette sorte n’est prévu sur la place des Quinconces, contrairement à des projets d'opposants qui sont sortis ces dernières semaines. « C’est un lieu qui accueille beaucoup de manifestations, il n’est donc pas question d’y planter des arbres. En revanche, que l’on rende plus accessible les allées de Chartres et d’Orléans tout autour, c’est encore un autre sujet. De même, nous allons réfléchir à un cheminement arboré sur les quais, et il faudra identifier des lieux pour cela. »

Le maire, qui a annoncé son intention d'entrer un peu plus dans la campagne des municipales, notamment suite à la parution d'un sondage dans la semaine, devrait préciser bientôt plusieurs de ses projets.