VIDEO. Charente : Boboco, la société de vente en ligne de bocaux, pots et bouteilles en verre qui cartonne

REPORTAGE Installée depuis quatre ans près de Cognac, la société Boboco connaît un succès grandissant auprès des particuliers et des petites entreprises auxquels elle propose une vente en ligne de bocaux, pots et bouteilles en verre…

Elsa Provenzano

— 

La société Boboco a été créée il y a quatre ans près de Cognac.
La société Boboco a été créée il y a quatre ans près de Cognac. — Boboco
  • La société Boboco, basée en Charente depuis quatre ans, propose une vente en ligne de bocaux, pots et bouteilles en verre aux particuliers et aux petits professionnels.
  • L’entreprise est en plein développement répondant à une demande sociétale sur la réduction des déchets.
  • Ses produits sont fabriqués dans les usines Verallia dont l’une d’entre elle est située à Chateaubernard, à quelques kilomètres du siège de la société Boboco.

« La bouteille Céleste, on l’aura bientôt dans nos références », commente Maïa de Butler, responsable de l'entreprise de vente en ligne Boboco (bouteilles, bocaux & co) alors qu’une série de bouteilles rougeoyantes sort tout juste d’un des fours à 1.500 degrés de Verallia, dont l’une des usines de verre est installée à Chateaubernard, près de Cognac.

Si, avec une production de deux millions de bouteilles par jour, Verallia répond principalement à la demande en bouteilles pour le Cognac et les vins de Bordeaux, l'usine fournit aussi la jeune société Boboco, créée il y a quatre ans, à moins de dix kilomètres du site industriel.

Des particuliers et de petits professionnels

Six mois seulement après son lancement, l’entreprise avait fait ses preuves et séduit une clientèle variée. « On a des particuliers qui font leurs conserves, leurs confitures, qui se lancent dans de la décoration ou préparent leur mariage, énumère Maïa de Butler. On a aussi de petits professionnels, comme des restaurateurs, des épiciers qui font du vrac, des fabricants de bougies artisanales et des apiculteurs ». Boboco a l’avantage de pouvoir leur fournir 500 pots quand un distributeur verrier vendra au minimum une palette, soit 3.000 ou 5.000 pots.

Aux fourneaux de l'Arty Show, à Cognac, Nathalie Longuetaud a commencé à s’équiper en pots Boboco il y a environ deux mois, confectionnant salades box, verrines et portion de 25 cl de soupe dans de petites bouteilles. « Avant je chinais mais je ne trouvais pas toujours de couvercles, explique la gérante de ce restaurant de cuisine du marché. On va s’en servir régulièrement car avec les couvercles, on peut les conserver au frais, sans utiliser de film plastique ».

Yaourts et pots bébés en produits stars

En 2018, la société Boboco a vendu 750.000 produits dont 600.000 pots et bientôt elle espère passer le cap du million. Parmi ses références les plus plébiscitées, on trouve les pots au format yaourts. « On en vend des caisses et des caisses environ 20.000 par an sur le site », lance Maïa de Butler devant une pile, soigneusement empaquetée.

Son pack « cuisiner pour bébé » qui comprend 36 pots de taille différente avec couvercles (29,90 euros) rencontre un beau succès au démarrage et depuis l’an dernier, le pack « zéro déchet » (huit pots et deux bouteilles pour 14,90 euros) a lui aussi trouvé sa clientèle. L’entreprise propose une trentaine de références pour les pots (qui viennent de l’usine Verallia de Lagnieu, près de Lyon) et une soixantaine pour les bouteilles.

Un fournisseur industriel, un empaquetage artisanal

Sur le site Verralia qui emploie 350 personnes, trois fours alimentent en continu les chaînes de fabrication, qui tournent sous l’œil des agents de contrôle, attentifs en particulier aux températures. Le calcin, verre recyclé, est utilisé pour fabriquer les bouteilles : « le verre est recyclable à l’infini », souligne Maxime Lebrun, technico-commercial sur le site de Verallia, groupe implanté dans toutes les régions viticoles en France.

A l’autre bout de la chaîne, juste avant la commercialisation, l’ambiance est plus artisanale. Chaudement couverte et équipée de vestes fluorescentes, la petite équipe de Boboco s’active dans l’entrepôt René Salomon, à Gensac-la-Pallue, où s’entremêlent le tintement de verre et le bruit des chariots élévateurs. Les colis sont confectionnés et emballés à la main par une petite équipe de cinq personnes (correspondant à trois équivalents temps plein), spécialiste du « tétris », si on en croit Maïa de Butler. En se basant sur le bon de commande, elles empaquettent à la main dans des cartons, avec les croisillons adaptés, qui évitent que les pots s’entrechoquent.

« On travaille avec l’entreprise Smurfit Kappa pour les emballages et on a tout fait sur-mesure, souligne la responsable Boboco. Aujourd’hui on a un taux de casse qui est inférieur à 2 %, ce qui est raisonnable quand on sait qu’on expédie du verre vide ». Les colis sont calés avec des chutes de carton, et même des rouleaux de scotch vides : « rien ne se perd chez Boboco », ajoute-t-elle.

Boboco se prépare à faire face à une forte affluence de commandes pour le black friday, le 29 novembre, qui correspond à un de ses pics d'activités comme beaucoup d'enseignes d'e-commerce. Mais, petite équipe oblige, il faut patienter un peu pour recevoir son colis Boboco, soit environ dix jours ouvrés.