Les apprentis képis quitteront Libourne

Fabienne Cosnay - ©2008 20 minutes

— 

Redoutée par les élus locaux, la décision est tombée comme un couperet, vendredi. L'école de formation des sous-officiers de gendarmerie de Libourne fermera ses portes l'été prochain. Quelque 480 élèves sous-officiers, répartis en quatre compagnies et 130 cadres permanents, occupent aujourd'hui l'ancienne caserne du 15e Dragon, un bâtiment inscrit à l'inventaire des Monuments historiques. Parmi les huit écoles de formation, celle de Libourne était la plus petite. « Dans ces conditions, on n'avait aucune chance », confie un officier. Cette fermeture, comme celles de Montargis, du Mans et de Châtellerault, s'inscrit dans le cadre de la révision générale des politiques publiques. En clair, des effectifs revus à la baisse dans la gendarmerie nationale et donc, moins d'élèves à former.

Les élus, eux, redoutent déjà le départ de plus de 600 personnes. « Les stagiaires et les cadres font vivre une partie de l'économie du Libournais. Le personnel encadrant habite Libourne ou ses environs. Quant aux élèves, ils consomment », indique Philippe Buisson, adjoint à la mairie de Libourne. « L'Etat doit désormais évaluer les mesures compensatoires ». Une réunion est prévue, demain après-midi, entre la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et les élus locaux, bien décidés à ne pas laisser la question du devenir du bâtiment en suspens. Une première piste est déjà envisagée par les élus : regrouper tous les services de l'Etat (sous-préfecture, gendarmerie, commissariat de police) dans l'ancienne caserne.