Bordeaux : Le parcours de la Zombie Walk 2019 fait une nouvelle fois débat

SECURITE Programmé le samedi 19 octobre à 14h, le départ de la zombie walk coïnciderait à Bordeaux avec le rendez-vous hebdomadaire des gilets jaunes. Invoquant des raisons de sécurité, la préfecture et les organisateurs sont en négociation sur le tracé…

Elsa Provenzano

— 

Cette année, la zombie walk de Bordeaux va fêter ses 10 ans.
Cette année, la zombie walk de Bordeaux va fêter ses 10 ans. — Zombie walk Bordeaux
  • La zombie walk de Bordeaux doit se tenir samedi 19 octobre à partir de 14 h or c’est le jour de manifestation hebdomadaire des gilets jaunes.
  • Le parcours demandé par les organisateurs a été rejeté par la préfecture au motif qu’il est dans l’hypercentre où se retrouvent les gilets jaunes.
  • L’association qui fête ses dix ans espère trouver un accord sur un tracé alternatif qui ne l’écarte pas trop du centre-ville.

Les zombies sanguinolents auront-ils un itinéraire de choix pour se livrer à leur spectacle annuel de rue, ce samedi 19 octobre pour leur 10e édition à Bordeaux ? Franck Bonhomme, président de la Zombie walk est en tout cas sorti très déçu de la réunion en préfecture qui s’est tenue ce mercredi avec les services de la police et de la mairie. Le parcours idéal de l’association qui a tout intérêt à s’assurer un maximum de visibilité pour son show a été rejeté au motif que la manifestation des gilets jaunes se tient au même moment dans l’hypercentre.

« C’est comme si on n’existait pas, culturellement cela ne les concerne pas, déplore Franck Bonhomme. Leur maître mot c’est la sécurité ». Si elle confirme que le parcours proposé dans le dossier de déclaration de manifestation ne convient pas, la préfecture assure que ce n’est pas « une fin de non-recevoir ». Elle attend un tracé alternatif compatible avec la manifestation non déclarée des gilets jaunes afin d’assurer « la sécurité des biens et des personnes ».

« Difficile d’aller au centre-ville »

Alors que toutes les précédentes éditions se sont déroulées sans incident et qu’alors, l’association estime avoir fait des concessions sur le parcours, elle espérait que cette année pour fêter son dixième anniversaire, l’événement serait davantage facilité. « Mais plus on avance et plus c’est difficile d’aller au centre-ville », regrette le président.

Il voudrait que le cortège de morts-vivants parte de la maison écocitoyenne pour remonter par Saint-Rémi, passer par Pey-Berland, une partie de la rue Sainte-Catherine jusqu’à Victor-Hugo mais c’est niet. Le tracé alternatif passerait par la Victoire mais sur le détail des rues il n’y a pas encore d’accord. « Il a été question de rejoindre la Victoire depuis Saint Michel par la rue Leyteire mais il n’y a rien dans cette rue ! » s’agace Franck Bonhomme. Pas d’intérêt à ce que les adeptes de la zombie culture savamment maquillés et déguisés pour l’occasion passent incognito…

Il espère que les autorités entendront son message et promet qu’il n’y aura pas de « mélange des genres » entre la manifestation gilets jaunes et la zombie walk. Il souhaite en tout cas que le rendez-vous qui a réuni autour d’un millier de participants l’an dernier puisse être à la hauteur des attentes de ce public, qu’il décrit comme assez jeune et à 60 % féminin.