Bordeaux : Douches mobiles, éoliennes urbaines, police de la circulation… : Les annonces de rentrée du maire

POLITIQUE Ce mardi Nicolas Florian, maire de Bordeaux depuis le 7 mars dernier, a donné sa première conférence de rentrée. Il a fait un tour d’horizon des dossiers locaux, émaillé de quelques annonces

Elsa Provenzano

— 

Nicolas Florian a donné sa première conférence de rentrée ce mardi.
Nicolas Florian a donné sa première conférence de rentrée ce mardi. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Nicolas Florian a donné ce mardi sa première conférence de rentrée dans un nouveau lieu destiné aux débats, pour se démarquer du style plus formel de son illustre prédécesseur.
  • Il a annoncé par exemple une expérimentation sur des éoliennes urbaines pour que la ville prenne sa part dans la transition énergétique.
  • Une police de la circulation doit permettre de résoudre « à l’ancienne » les problèmes de déplacements rencontrés au quotidien par les Bordelais.
  • Il n’a pas encore endossé son costume de candidat aux municipales, répétant seulement que cette élection doit être détachée « des contingences nationales ».

C’est dans l’Echoppe, une maison de la parole créée par la Ville qui doit permettre aux citoyens bordelais de débattre et d’échanger, que Nicolas Florian​, maire de Bordeaux, a donné, ce mardi, sa première conférence de rentrée. Alors qu’elle se déroule traditionnellement à l’hôtel de ville, c’est une façon de marquer son envie de donner la parole aux habitants mais aussi de se démarquer, dans le style, de son incontournable prédécesseur Alain Juppé, parti au Conseil Constitutionnel.

Pendant plus d’une heure, il a égrainé les sujets locaux en se présentant comme « avant tout un maire du quotidien ». Il a martelé que la politique municipale avait un objectif prioritaire d'« équilibre », en particulier pour « mieux accompagner la croissance démographique de notre ville ». Voici les principaux points à retenir de son intervention.

  • L’expérimentation d’éoliennes urbaines

​« Je lancerai dans quelques jours une expérimentation autour des éoliennes urbaines, a annoncé l’élu. Il ne s’agit pas de planter des mâts de 30 mètres avec des pâles d’envergure de 10 mètres, mais d’expérimenter (…) des éoliennes urbaines horizontales qui s’intègrent dans le tissu urbain ». On ne connaît pas encore la fonction de ses éoliennes, qui seront à l’essai. Elles pourraient alimenter un bâtiment, un quartier ou redistribuer l’électricité dans le réseau.

  • Recours à une police de la circulation

Faisant le constat de grandes difficultés à circuler en ville, un des pendants négatifs de son attractivité, il annonce la mise en place d’une police de la circulation pour réguler et fluidifier le trafic. « Ponctuellement des agents de la police municipale se déploieront sur des points névralgiques bloquants », explique-t-il, soulignant que ce système « à l’ancienne » a fait ses preuves dans d’autres villes.

  • Lancement de douches mobiles

Il a évoqué le lancement d’une mission squats à l’échelle de la métropole bordelaise alors que de nombreuses expulsions ont eu lieu cet été sous l’autorité de la préfète Agnès Buccio. Une réunion collective des différents acteurs publics concernés par le sujet doit avoir lieu prochainement. Il a annoncé que de son côté, la ville de Bordeaux mettrait à la disposition de ce public précaire des douches mobiles.

  • L’abandon du volet logements de la Jallère

Le maire a tranché sur le projet immobilier de la Jallère, contesté par le camp écologiste puisque le site abrite des zones humides. Tous les projets d’ordre économique (ressourcerie Ikos, ferme urbaine etc.) sont conservés mais la construction de 2.000 logements n’est plus envisagée. « Nous n’en avons pas besoin sur ce secteur », justifie le maire. Pour savoir ce que vont devenir les hectares d’abord dévolus au logement un débat sera lancé. Certains veulent y reconstituer une forêt urbaine, le maire a aussi avancé l’idée de lieux de vie ou de jardins partagés.

Nicolas Florian n’a pas voulu endosser officiellement son costume de candidat à la mairie en 2020, répétant seulement, au lendemain du Campus des territoires de LREM qu'« une élection municipale doit se détacher des contingences nationales ». Il ne sollicite aucune investiture de son parti Les Républicains pour cette échéance, misant sur sa filiation avec Alain Juppé et son bilan pour faire face au candidat LREM Thomas Cazenave.