Procès Maurice le coq : « Une victoire pour la ruralité », le gallinacé autorisé par la justice à continuer de chanter de bon matin

COCORICO ! Le tribunal Rochefort a donné raison ce jeudi à la propriétaire du Coq Maurice, Corinne Fesseau, en déboutant un couple de voisins de leur plainte pour nuisances sonores. Le gallinacé pourra pousser la chansonnette quand il le voudra à Saint-Pierre d’Oléron

Elsa Provenzano

— 

Corinne Fesseau et son coq Maurice
Corinne Fesseau et son coq Maurice — Corinne Fesseau/Facebook
  • Le tribunal de Rochefort a débouté de leur plainte les voisins de la propriétaire du coq Maurice qui l’avait attaquée pour nuisances sonores.
  • Les plaignants devront lui verser 1.000 euros de dommages et intérêts et prendre en charge ses frais de justice.
  • Corinne Fesseau, la propriétaire de Maurice, estime que c’est une victoire pour la ruralité et entend aider, par le biais de son association, ceux qui seraient poursuivis comme elle pour des bruits ruraux.

« Je vais pouvoir garder Maurice à la maison, je suis soulagée et très contente, on a gagné ! », commente pour 20 Minutes Corinne Fesseau, la propriétaire du coq Maurice installée à Saint-Pierre d’Oléron qui était poursuivie par des voisins pour nuisances sonores.

Le tribunal correctionnel de Rochefort vient de rendre son jugement après le procès du 4 juillet dernier et le gallinacé pourra continuer à donner de la voix dès le lever du soleil. Les plaignants devront verser 1.000 euros de dommages et intérêts à l’Oléronnaise et prendre en charge ses frais de justice.

Une jurisprudence autour du coq Maurice ?

Aucune conciliation n’avait été possible avant le procès et cette querelle de voisinage durait depuis deux ans et demi. « Ils n’ont jamais cherché à me rencontrer, ils ont toujours eu recours à la procédure, regrette Corinne Fesseau. Mais voilà je me suis défendue et j’ai gagné ».

Au-delà de sa joie de garder son précieux volatile, Corinne Fesseau espère une jurisprudence autour de son affaire : « c’est une victoire pour la ruralité et l’association [Sauver Maurice le coq Oléronnais] qui m’a beaucoup soutenue va rester active pour défendre les autres ». Elle pense à tous les bruits ruraux (cloches, grenouilles, canards etc.) qui ont suscité des plaintes de la part de voisins mécontents, souvent des néoruraux.

L’Oléronnaise envisage de se rapprocher du maire de Gageac Bruno Dionis du Séjour qui a écrit une lettre ouverte aux parlementaires pour demander l’inscription des bruits ruraux au patrimoine national. Elle-même était soutenue par le maire de sa commune de Saint-Pierre d’Oléron et beaucoup d’élus locaux. « On a même eu des soutiens du monde entier, cela m’a permis de rester positive et confiante », sourit-elle.