VIDEO. Municipales 2020 à Bordeaux : Piscine sur la Garonne, transformation des Quinconces… Les premières propositions chocs en vue des élections

ELECTIONS Le candidat En Marche Thomas Cazenave fait sa rentrée politique avec la végétalisation de la ville en ligne de mire, et le conseiller municipal PS Matthieu Rouveyre lance des « ballons d'essai » avec une piscine flottante et une ferme urbaine géante

Mickaël Bosredon

— 

Le groupe «Bordeaux maintenant !» propose une piscine sur la Garonne
Le groupe «Bordeaux maintenant !» propose une piscine sur la Garonne — Bordeaux maintenant !
  • Thomas Cazenave entend « doubler la surface des espaces verts » à Bordeaux, ville qu’il estime « en retard » en la matière.
  • Cette « reconquête végétale de la ville » passera par des aménagements de la Garonne et de la place des Quinconces.
  • Matthieu Rouveyre a aussi des ambitions pour le fleuve et la grande place bordelaise, avec les projets d’une piscine flottante et d’une ferme urbaine géante.

Bien entendu, les deux thèmes centraux des prochaines élections municipales à Bordeaux, seront la mobilité et le logement. Mais un autre est en train se tailler une belle place, et va s’inviter également durant la campagne, c’est celui de la végétalisation de la ville, et par extension l’aménagement de la Garonne.

Vendredi, le candidat LREM Thomas Cazenave a effectué sa rentrée, avec des propositions en la matière. « On a vu la limite d’une ville de pierre qui doit maintenant se réconcilier avec la végétalisation et la nature » assure-t-il. « La question, c’est : comment on rattrape le retard d’une ville qui ne compte que 15 m2 d’espaces verts publics par habitant, contre près de 50 m2 dans les 50 plus grandes villes françaises ? »

La Garonne « doit devenir un espace vert accessible partout »

Pour « doubler la surface d’espaces verts publics accessibles » d’ici à 2026, il faudra « un investissement ambitieux, tout aussi considérable que la transformation urbaine que Bordeaux a connu ces 25 dernières années. » Cette « reconquête végétale de la ville » passera à la fois par de grands projets, et un travail de dentelle à l’échelle des quartiers, comme « la végétalisation des écoles et de leurs abords. »

Thomas Cazenave, candidat LREM à la mairie de Bordeaux
Thomas Cazenave, candidat LREM à la mairie de Bordeaux - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Il faudra « exploiter les lieux et les espaces qui s’y prêtent, en premier lieu la Garonne » annonce Thomas Cazenave, pour qui le fleuve doit « devenir un espace vert accessible partout, des deux côtés, de Bacalan à la gare Saint-Jean, du parc aux Angéliques jusqu’en remontant au pont Chaban. Il faut réaménager 100 % des berges pour rendre cet espace accessible. »

« Construire une nouvelle place des Quinconces »

Pour « exploiter le potentiel de la ville » il souhaite aussi « transformer la place des Quinconces ». « Nous devons construire une nouvelle place des Quinconces, où l’on puisse jouer, amener ses enfants, pique-niquer, se mettre au frais… Il faut donc que l’on change l’usage de cette place, qui est aujourd’hui un lieu de passage, pas très hospitalier. »

Le candidat En Marche voudrait aussi faire de la Cité administrative « un îlot de fraîcheur accessible » et « reconquérir des espaces comme les places de la République et de la Victoire. »

Pour achever de verdir Bordeaux, il envisage enfin une « boucle verte des quartiers. » « Il s'agit d'un lieu de fraîcheur, consacré à la nature qui, partant des cours, permettra de traverser tous les quartiers, franchira la Garonne par la passerelle Eiffel, traversera les quartiers de la rive droite, jusqu’au pont Chaban. Cette boucle formera un huit, à travers Bacalan et jusqu’au lac. Ce sera à la fois un îlot de végétalisation et un lieu de transports doux, dédié et sécurisé. »

« L’idée d’une piscine sur la Garonne n’est pas déconnante »

Le conseiller municipal socialiste Matthieu Rouveyre n’est, lui, pas encore candidat. Ce qui ne l’empêche pas de soumettre régulièrement des idées. Il s’est doté pour cela d’un think tank, « Bordeaux Maintenant ! », dans le but de « redessiner le Bordeaux qui nous fait rêver. »

Les deux nouvelles propositions de « Bordeaux Maintenant ! » seraient de créer une piscine sur la Garonne, et d’installer une ferme urbaine géante place des Quinconces. Contacté par 20 Minutes, Matthieu Rouveyre explique que « l’enjeu est de mettre des propositions en débat, et je ne dis pas du tout que ce sont des projets qui seront retenus. Mais ce qui est intéressant à ce stade, c’est de créer un peu d’imagination, car je trouve que l’on est quand même très verrouillé, et qu’il y a une sorte de chape de plomb. Moi, ce qui m’intéresse, c’est de susciter un débat. »

Sur la piscine sur la Garonne « certains disent qu’ils aiment, d’autres qu’ils n’aiment pas, et d’autres encore oui mais pas à cet endroit… Mais ce n’est pas une idée déconnante : des exemples existent, en France et à l’étranger, et on manque de piscine et de foncier à Bordeaux. »

La plus grande ferme urbaine d’Europe, voire du monde, aux Quinconces ?

La ferme urbaine aux Quinconces « a suscité beaucoup de réactions » poursuit l’élu. L’idée serait d’installer sur l’immense place bordelaise, « la plus grande ferme urbaine d’Europe, voire du monde. » « Certains sont enthousiastes, d’autres ne veulent pas en entendre parler car ils ne veulent pas que l’on touche à la fête foraine et à la foire aux antiquaires, explique Matthieu Rouveyre, et d’autres préconisent des petites fermes dans les quartiers plutôt qu’une grande ferme. Nous, on n’a pas trouvé le foncier dans tous les quartiers, mais on démarre seulement. »

Matthieu Rouveyre, conseiller municipal d'opposition (PS) à Bordeaux
Matthieu Rouveyre, conseiller municipal d'opposition (PS) à Bordeaux - M.Bosredon/20Minutes

« Bordeaux Maintenant ! » avait aussi fait réaliser au cours de l’été, une image de la place Pey-Berland végétalisée. « Il y a eu beaucoup de réactions aussi, notamment de spécialistes qui ont pu nous faire des observations extrêmement constructives. Ce sont des ballons d’essai pour voir comment ces idées sont appropriées. Même si je sais que le moment venu il faudra faire des choix, au regard des contraintes financières. Mais permettons-nous d’imaginer ! »