Bordeaux : Convoqués à la gendarmerie pour avoir posté des images d' « Air Force One » sur les réseaux sociaux

SECURITE Des personnes travaillant à l’aéroport de Mérignac, ainsi qu’un internaute lambda, sont convoqués par la gendarmerie des transports aériens, pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des images de l’avion présidentiel américain qui s’était posé à Bordeaux

Mickaël Bosredon

— 

Air Force One, à son arrivée à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, le 24 août 2019.
Air Force One, à son arrivée à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, le 24 août 2019. — UGO AMEZ/SIPA
  • Air Force One était positionné sur le tarmac de l’aéroport de Bordeaux le week-end dernier, pour le G7 qui se tenait à Biarritz.
  • Plusieurs photos de l’avion ont circulé sur les réseaux sociaux.
  • Or, il est interdit de diffuser des images des aéronefs stationnés sur les pistes, ce qui vaut à plusieurs personnes une convocation devant la gendarmerie des transports aériens.

Ce n’est pas tous les jours que l’aéroport de Bordeaux-Mérignac reçoit le plus célèbre des Boeing. Alors, quand Air Force One, l’avion du président des Etats-Unis Donald Trump, a stationné sur le tarmac bordelais le week-end dernier à l’occasion du G7 qui se tenait à Biarritz, forcément, la tentation a été grande, tant pour le personnel de l’aéroport que pour les passagers, de le prendre en photo et de partager sur les réseaux sociaux.

Erreur. Par arrêté préfectoral, il est en effet interdit de prendre en photos des aéronefs stationnés sur les pistes de l’aéroport, et encore plus de les diffuser, sauf autorisation spécifique des services de l'Etat. L'arrêté stipule précisément qu'il est « interdit de procéder à des prises de vue privées, commerciales, techniques ou de propagande sauf autorisation de l'exploitant de l'aéroport. » Interdiction qui s'applique « autant côté ville que côté piste » nous précise la préfecture.

Huit personnes convoquées

Le sujet est bien évidemment d'autant plus sensible lorsqu’il s’agit de l’appareil officiel du président des Etats-Unis. Conséquence : depuis lundi dernier, huit personnes ont été convoquées devant la gendarmerie des transports aériens (GTA), basée à l’aéroport de Mérignac.

« Il s’agit surtout de personnels de sociétés travaillant à l’aéroport » précise la préfecture de la Gironde à 20 Minutes. « Notamment parce qu’il leur avait été rappelé, avant l’arrivée d’Air Force One, qu’il serait interdit de diffuser des photos sur les réseaux sociaux. » Or, certaines photos ont clairement été prises depuis le tarmac, pas depuis un autre avion. « C’est une violation d’un arrêté préfectoral, et cela relève de la sûreté de l’aéroport » poursuit la préfecture.

« Ils m’ont prévenu de ne pas prendre cela à la rigolade ! »

Pourtant, il n’y a pas que des personnes travaillant à l’aéroport qui ont été auditionnées. Contacté par 20 Minutes, Franck Parienti, un Bordelais, nous raconte sa mésaventure. « J’ai juste partagé deux photos d’Air Force One, que j’ai vu passer sur mon fil Facebook. Ce n’est pas moi qui ai pris ces photos : je ne travaille pas à l’aéroport, et je n’étais même pas à Mérignac ce week-end-là. »

Lundi matin, il reçoit un coup de fil de la gendarmerie des transports aériens, qui le convoque dans ses locaux de Mérignac. Sans rien lui expliquer. « Ce n’est qu’une fois sur place qu’ils m’ont dit que c’était à cause de ces images, parce que c’était interdit de prendre et de diffuser des photos. Je suis tombé des nues. A ma demande, ils m’ont montré un papier de la préfecture qui interdisait aux personnes aéroportuaires de prendre des photos. Et ils m’ont prévenu de ne pas prendre cela à la rigolade ! »

« Ils ont voulu le nom de la personne qui avait pris ces photos »

Sur les clichés, on voit bien qu’Air Force One a été pris depuis le tarmac, au beau milieu des pistes. « Je leur ai bien expliqué que je n’avais fait que republier ces images, que je ne travaille pas à l’aéroport, et que je n’y étais même pas. Alors ils ont voulu le nom de la personne qui avait pris ces photos, que je ne connais évidemment pas. Et je n’en ai aucune traçabilité. Du coup, maintenant, il est question de me poursuivre au pénal… C’est complètement fou cette histoire, et ça me rend dingue ! N’importe qui peut être convoqué à la gendarmerie juste pour une photo ? »

La préfecture de la Gironde relativise toutefois, en précisant que la peine encourue est une « sanction de première catégorie, soit une amende de 38 euros… »

Un passager a préféré retirer sa photo de Twitter

Des photos d’Air Force One, tout le monde en a vu passer sur les réseaux sociaux depuis le week-end dernier. Car même des passagers ont pu en prendre. Contacté par 20 Minutes, Jonathan* nous confirme avoir bien saisi le Boeing en photo. « J’ai atterri à Mérignac dimanche soir de retour de Marseille, donc on est passé juste à côté et j’ai sorti mon smartphone, mais je ne savais pas que c’était interdit… »

Même si lui ne devrait pas être inquiété, il a préféré quand même retirer son image de son fil Twitter.

*Le prénom a été modifié