Le futur pont Simone Veil mesurant près de 550 m de long et 44 m de large
Le futur pont Simone Veil mesurant près de 550 m de long et 44 m de large — AXYZ

INFRASTRUCTURES

Bordeaux: Le chantier du pont Simone-Veil à nouveau à l'arrêt

Le tribunal administratif n'a pas validé l'accord signé en mars dernier entre la métropole et le groupement d'entreprises Razel-Bec, signifiant à nouveau l'arrêt du chantier

  • Le tribunal administratif estime que l’accord signé entre les deux parties est trop favorable au groupement d’entreprises.
  • La métropole a décidé de faire appel.
  • La livraison de ce pont, qui avait déjà été repoussée à 2023, devrait encore être retardée.

Quand ça veut pas… Le chantier de construction du pont Simone Veil entre Bègles et Floirac, vient d’essuyer un nouveau coup dur, comme le révèlent Sud Ouest et France Bleu.

Les travaux ont en effet à nouveau dû être partiellement interrompus, suite à un jugement du tribunal administratif de Bordeaux, rendu mi-juillet. Le tribunal a refusé de valider l'accord conclu en mars dernier entre les élus de Bordeaux Métropole (encore présidée par Alain Juppé à cette époque), et le groupement d’entreprises de travaux publics Razel-Bec (filiale de Fayat).

Un accord qui portait sur la résiliation partielle du contrat initial

Cet accord portait sur une résiliation amiable et partielle du contrat signé en 2017 entre les deux parties, pour un montant de 70 millions d’euros HT, suite à un différent technique entre elles. Il stipulait que Razel-Bec devait achever la réalisation de l’ensemble des ouvrages de génie civil sur les rives. L’entreprise Baudin-Châteauneuf était chargée de terminer les travaux de fabrication et de mise en place de la charpente métallique. L’accord précisait aussi qu’un nouvel appel d’offres serait lancé pour la réalisation des piles et du tablier du pont. Celui-ci est en cours, l’attribution devant intervenir aux alentours de mars 2020. Selon le nouveau calendrier alors établi, l’achèvement du pont était prévu pour 2023, avec près de trois ans de retard.

Mais la décision du tribunal administratif pourrait encore rallonger ces délais. En refusant de valider l’accord, qu’il trouve déséquilibré en raison de concessions financières qui seraient trop avantageuses au bénéfice du groupement d’entreprises, il a fait cesser les travaux qui avaient repris en début d’année.

« Pas d’idée du retard » pour le chantier

Contactés par 20 Minutes, les services de Bordeaux Métropole précisent qu'une partie du chantier (les trémies) se poursuit quand même, et s'ils reconnaissent que la livraison de l'ouvrage devrait certainement être encore repoussée, ils assurent « ne pas avoir d’idée du retard » que cela prendra. La métropole confirme qu’elle fera appel de cette décision, il faudra donc déjà attendre cette prochaine audience.

Sur le fond, la métropole dit ne pas comprendre cette décision. « Nous avions demandé au tribunal administratif de vérifier cet accord, expliquent les services de la collectivité, car nous voulions une garantie supplémentaire sur la transaction. Au final, il le juge déséquilibré, mais il n’a pas pris en compte plusieurs éléments que nous lui avions fournis. »

Le feuilleton du sixième pont de l’agglomération bordelaise, est donc encore loin d’être terminé.