VIDEO. Gironde: Sur l'estuaire, les navigateurs priés de respecter les 3M, marée, météo et matériel de sécurité

NAVIGATION « 20 Minutes » a suivi mercredi la préfecture maritime en mer, pour une opération de sécurité auprès des navigateurs sur l’estuaire de la Gironde

Mickaël Bosredon

— 

La préfecture maritime a effectué une série de contrôles en mer au niveau de l'estuaire de la Gironde, le 7 août 2019.
La préfecture maritime a effectué une série de contrôles en mer au niveau de l'estuaire de la Gironde, le 7 août 2019. — M.Bosredon/20Minutes
  • En ce mois d’août, les activités nautiques battent leur plein sur l’estuaire.
  • Au large du Verdon, le phare de Cordouan attire de plus en plus de plaisanciers.
  • Cette année, les autorités surveillent particulièrement les jet-skis.

Pêcheurs, plaisanciers, jet-ski… A l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, au large du Verdon-sur-Mer (Gironde), les activités nautiques battent leur plein en ce mois d’août.

C’est le moment qu’ont choisi la préfecture maritime et la préfecture de la Gironde pour mener une opération de sécurité en mer. L’objectif ? Rappeler les règles de sécurité dans cette zone de navigation si particulière. « Ici, vous pouvez être en zone maritime ou fluviale, rappelle Pierre-Louis Lefever, administrateur des affaires maritimes, et il faut toujours avoir à l’esprit les 3M : marée, météo et matériel de sécurité ».

C’est un endroit « où la navigation peut vite s’avérer complexe, poursuit l’administrateur, précisément parce que nous nous trouvons sur un estuaire, avec des courants, des bancs de sable où l’on risque de s’échouer. Et l’hiver il y a souvent des conditions défavorables. »

« Même si on est bon nageur, on peut être emporté au large »

La mission des affaires maritimes est avant tout de vérifier que « le matériel de sécurité à bord (vêtements de flottabilité, matériel de lutte contre l’incendie…) est présent et conforme. C’est essentiel, car en cas de chute à l’eau, et même si l’on est bon nageur, on peut être emporté au large. »

En cas d’échouage, et surtout si d’importants moyens sont déployés pour venir secourir votre embarcation, il faut savoir qu’une facture peut vous être adressée. Et elle peut s'avérer salée. « Les interventions ne sont gratuites qu’en cas de secours aux personnes » rappelle la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer).

La carte de la prévention avant tout

Quelque 350 contrôles sont effectués durant l’été sur l’estuaire, pour une centaine d’infractions constatée. « Mais hormis pour les infractions graves, comme des vitesses très élevées, nous essayons avant tout de jouer la carte de la prévention, assure Pierre-Louis Lefever. C’est pourquoi nous préférons généralement dresser un procès-verbal exigeant une mise en règle, plutôt qu’une amende. »

C’est ce qui est arrivé à deux pêcheurs, contrôlés avec des gilets de sauvetage qui ne sont plus aux normes depuis… dix ans. Il a été demandé au propriétaire du bateau de rentrer immédiatement au port, et d’acquérir du matériel conforme dans un délai d’une semaine. Il devra le prouver en envoyant une facture aux affaires maritimes.

Sur l'estuaire de la Gironde, les autorités ont contrôlé plaisanciers et pêcheurs.
Sur l'estuaire de la Gironde, les autorités ont contrôlé plaisanciers et pêcheurs. - M.Bosredon/20Minutes

Les autorités sont particulièrement vigilantes cet été auprès des jet-skis, après une série d'accidents en Méditerranée. « On ne veut pas la même chose en Atlantique » s’inquiète Pierre-Louis Lefever. Pour pratiquer le jet-ski, pas besoin d’avoir de permis si l’on est dans le cadre d’une balade encadrée par un moniteur. C’est en revanche obligatoire si l’on part seul en mer. Là encore, l’objectif de cette journée est de rappeler les règles de sécurité. Contrôlé, un moniteur qui encadrait une sortie dit « comprendre » cette opération, mais déplore que cela revienne trop souvent au cours de l’été. « On perd du temps » souffle-t-il…

Les jet-skis sont particulièrement visés par les contrôles des autorités cet été.
Les jet-skis sont particulièrement visés par les contrôles des autorités cet été. - M.Bosredon/20Minutes

Le succès grandissant du phare de Cordouan inquiète

Le maire du Verdon-sur-Mer, Jacques Bidalun, s’inquiète de son côté de voir un nombre chaque année grandissant de plaisanciers accoster au phare de Cordouan, un site très prisé avec son plateau sableux qui se dégage à marée basse. A tel point qu’il a dû prendre un arrêté pour y interdire la baignade. « Le phare est sur le territoire du Verdon, donc je suis responsable, et sur cette zone il n’y a pas de surveillance » précise l’élu. « C’est une question de protection des populations, et de l’environnement, souligne pour sa part le sous-préfet Jean-Philippe Dargent. Dans l’optique de la candidature Unesco du phare, c’est un moyen de montrer que l’on surveille le flux touristique. »

Une autre opération du même type sera menée dans les prochains jours sur le bassin d’Arcachon. Un secteur très différent. « Sur le bassin il y a davantage de fréquentation, et beaucoup de plaisanciers inexpérimentés qui viennent faire un peu de navigation le temps d’un week-end, analyse Pierre-Louis Lefever. Donc cela représente davantage de danger que sur l’estuaire, où il y a quand même plus d’habitués, plus de régateurs. »