VIDEO. Bordeaux: Avec son exposition sur Seth, l'institut Bernard Magrez veut devenir «la référence» du street art en France

ART Le château Labottière à Bordeaux ouvre grand ses portes au street artist Seth jusqu'au 7 octobre, pour une exposition qui doit faire entrer l'institut Magrez dans la cour des grandes places du street art

Mickaël Bosredon
— 
L'exposition du street-artiste Seth à l'Institut Bernard Magrez à Bordeaux, dure jusqu'au 7 octobre 2019.
L'exposition du street-artiste Seth à l'Institut Bernard Magrez à Bordeaux, dure jusqu'au 7 octobre 2019. — M.Bosredon/20Minutes
  • L'institut culturel Bernard Magrez, à Bordeaux, enchaîne les expositions de street art avec l'ambition de devenir la référence française en la matière.
  • Jusqu'au 7 octobre, c'est l'artiste parisien Seth qui se dévoile dans l'enceinte de ce château néoclassique.
  • Plus de cinquante personnages, souvent des enfants, sont exposés, représentant autant de portes sur un monde imaginaire.

D’une usine désaffectée à Rome, au château Labottière – un hôtel particulier bordelais du XVIIIe siècle – le terrain de jeu du street artiste Seth semble sans limite. L'Institut culturel Bernard Magrez, abrité dans les murs de ce château néoclassique, lui consacre une grande exposition, jusqu’au 7 octobre 2019 : « 1,2,3 Soleil ».

« Cette exposition rentre dans notre volonté de devenir la référence au niveau du street art en France, explique Aurélien Desailloud, directeur artistique et culturel de l’institut. C’est un process que l’on a engagé il y a un an avec l’exposition Street Color, où il y avait déjà quelques tableaux de Seth. Notre objectif désormais, est qu’il y ait toujours du street art à l’institut culturel, en faisant venir des artistes de grande renommée. Et Seth, aujourd’hui, est un des meilleurs ambassadeurs du street art français. »

Le château Labottière, un édifice classique du XVIIIe, ouvre désormais ses portes au street art.
Le château Labottière, un édifice classique du XVIIIe, ouvre désormais ses portes au street art. - Constant Formé-Bècherat

« On l’a laissé déchaîner son imagination »

L’institut a donné carte blanche à l’artiste parisien. Au rez-de-chaussée, il présente des peintures et des graffitis réalisés aux quatre coins du monde, et à l’étage, « on l’a laissé déchaîner son imagination, au travers de créations in situ. » Il a aussi invité des artistes pour des collaborations, comme Mono Gonzalez, une figure de l'art mural d'Amérique latine, ou le peintre Pascal Vilcollet. Deux murs ont également été édifiés et peints dans le jardin. Ils viennent « en résonance avec la façade du château, sur laquelle Seth a habillé les quatre piliers. »

Le street artiste parisien Seth, a apprécié investir les salles néoclassiques du château Labottière à Bordeaux avec ses oeuvres.
Le street artiste parisien Seth, a apprécié investir les salles néoclassiques du château Labottière à Bordeaux avec ses oeuvres. - Constant Formé-Bècherat

« L’idée c’était de m’approprier le lieu, raconte de son côté l’artiste, et vu que mon travail tourne notamment autour de l’enfance, j'ai joué sur les jeux de construction, comme si ces gamins construisaient leur propre château et leurs propres murs. »

Le street artiste Seth
Le street artiste Seth - M.Bosredon/20Minutes

« Ce que j’aime, c’est m’adapter au lieu »

Les salles de l'édifice sont organisées en fonction des différents voyages effectués par l’artiste, de la Chine, où il va très souvent, à la Corée en passant par Haïti. Plus de cinquante personnages sont exposés, représentant autant de portes sur un monde imaginaire.


Et Seth n'a eu aucun mal à travailler dans un édifice XVIIIe, classé. « C’est le même principe que ce que je fais dans la rue, dit-il : ce que j’aime, c’est m’adapter au lieu, utiliser un endroit pour raconter quelque chose. Et faire entrer la rue dans ce château classique, dans ces salons plein de dorures, c’est même presque plus amusant que le "white block". »

Seth a créé plusieurs oeuvres in situ au sein du château Labottière pour son exposition «1,2,3 Soleil»
Seth a créé plusieurs oeuvres in situ au sein du château Labottière pour son exposition «1,2,3 Soleil» - Constant Formé-Bècherat

Institut culturel Bernard Magrez, 16, rue de Tivoli à Bordeaux. Plein tarif : 8 euros (réduit : 6 euros).