VIDEO.Bordeaux: La Méca ouvre, «il fallait un lieu magique pour une coopérative culturelle»

ART Avec la Meca, la maison de l'économie créative et de la culture en Nouvelle Aquitaine, la Région regroupe ses trois agences: le Frac (fonds d'art contemporain), l'OARA (office artistique) et l'ALCA (agence livre, cinéma et audiovisuel) en un même lieu

Elsa Provenzano

— 

La Meca est inauguré ce vendredi soir et ouvre samedi
La Meca est inauguré ce vendredi soir et ouvre samedi — UGO AMEZ / SIPA

Il ne ressemble à aucun autre bâtiment de la capitale girondine et a éveillé la curiosité des Bordelais pendant sa construction, lancée en 2016. En bord de Garonne, sur des quais de Paludate aujourd’hui vidés de leurs boîtes de nuit, la maison de l’économie créative et de la culture en Nouvelle-Aquitaine (Meca) a été inaugurée en grande pompe vendredi soir, avant son ouverture ce samedi. 

La Région y regroupe ses trois agences : le Frac (fonds d’art contemporain), l’OARA (office artistique) et l’ALCA (agence livre, cinéma et audiovisuel) au même endroit. « Il fallait un lieu magique pour cette coopérative culturelle », a commenté Alain Rousset, président de la Région. C’est un architecte danois de renom Bjarke Ingles, associé à l’agence parisienne Freakds freearchitects, qui a été chargé de livrer un édifice au caractère marqué. « Le plus intéressant va être d’observer comment vont se créer les coopérations entre les agences et comment la ville va s’approprier le lieu », a-t-il estimé.

Un soutien à la création artistique

Les trois agences sont bien sûr ravies d’emménager dans le bâtiment flambant neuf. Elles espèrent s’y développer et accompagner davantage de jeunes talents artistiques, dans les secteurs de l’art contemporain, du spectacle vivant et des industries créatives. « On est déjà la deuxième région après l’Île de France en ce qui concerne les soutiens à la production cinématographique », souligne Bruno Boutleux, président de l’ALCA. De son côté Fabien Janelle, président de l’OARA, rappelle que son agence aide 251 compagnies au total.

Des événements grand public

Les 170 à 250 troupes qui passeront chaque année par la Meca y prépareront leurs tournées et pourront tester leurs créations auprès du public bordelais si elles le souhaitent. Rien de systématique donc, et des représentations sans billetterie, pour ne pas faire de l’ombre aux opérateurs qui distribuent déjà les productions artistiques (théâtres, salles, etc.) Des projections de films dont la production a été accompagnée pourront aussi avoir lieu ponctuellement.

L’exposition inaugurale d’art contemporain du Frac « Il est une fois dans l’ouest » est visible jusqu’au 9 novembre 2019. Une quinzaine d’artistes locaux et d’ailleurs y exposent et donnent à voir des styles très variés. L’occasion aussi de découvrir un petit pan de la riche, collection du Frac « 1.200 œuvres sont stockées sous nos pieds, explique Claire Jacquet, sa directrice. Avant, [le déménagement] on avait trois lieux de stockage différents ».

L’espace de promenade aux abords de la Meca, son café-restaurant et sa terrasse surplombante au dernier étage devraient aussi inciter les Bordelais à venir découvrir ce nouveau bâtiment, situé dans un quartier en devenir

Le coût total du projet s’élève à 60 millions d’euros, supporté pour 56 millions d’euros par la Région, le reste étant subventionné par le ministère de la Culture.