Canicule en Gironde: Des forêts sous haute surveillance face au risque incendie

SECURITE Le dispositif opérationnel feux de forêt des pompiers de la Gironde a été activé, alors que la vague de chaleur augmente le risque incendie

Mickaël Bosredon

— 

Présentation par les pompiers de la Gironde des moyens de lutte contre les feux de forêt.
Présentation par les pompiers de la Gironde des moyens de lutte contre les feux de forêt. — M.Bosredon/20Minutes
  • La Gironde est un département très boisé avec le massif forestier des Landes de Gascogne.
  • C’est le département où il y a le plus de départs de feux de forêt chaque année.
  • Le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) possède des moyens conséquents pour agir au plus vite.

La Gironde en pré-alerte. Avec les fortes chaleurs de ces jours-ci, le risque incendie a été relevé et le dispositif opérationnel feux de forêt des sapeurs pompiers a été activé. La Gironde était classée en risque « modéré » mercredi, c’est-à-dire sur le troisième échelon d’une échelle qui en compte six et qui va de « faible » à « exceptionnel », mais il pourrait très vite franchir un ou deux échelons. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le massif forestier des Landes de Gascogne en Gironde, et le risque incendie.

La Gironde est-elle un département à risque en matière de feux de forêt ?

Avec 1.000 départs de feux de forêt par an en moyenne, la Gironde est le département le plus touché en France. Au milieu d’une région qui compte 2,8 millions d’hectares de forêt, dont 480.000 hectares rien que pour les Landes de Gascogne, la Gironde a subi des incendies ravageurs ces dernières années : Lacanau en 2012, Saint-Jean-d’Illac en 2015, Captieux et Cissac-Médoc en 2017

Le risque incendie va-t-il en augmentant ?

Indéniablement. « 94 % des départs de feu sont d’origine humaine, pour 6 % dus à la foudre », rappelle le président de la DFCI (Défense de la forêt contre les incendies) de la Gironde Bruno Lafon. Or, la Gironde artificialise environ trois hectares par an pour accueillir quelque  20.000 habitants supplémentaires annuellement. « Le feu suit l’homme, poursuit Bruno Lafon : plus la pression sociale est forte, plus les feux sont nombreux. » Créée et financée par les sylviculteurs, et animée par des bénévoles, la DFCI développe et entretient des aménagements, comme les 42.000 km de pistes que l’on compte dans les forêts de l’ex-Aquitaine, pour prévenir les incendies de forêt.

Quelles sont les périodes les plus à risque ?

L’été évidemment « mais aussi le printemps, explique Pierre Macé, le directeur de la DFCI, en raison d’une graminée qui est très sèche ». Il précise également que la forêt girondine est en ce moment particulièrement vulnérable. « A la suite des tempêtes de 1999 et 2009, on se retrouve avec 350.000 hectares de jeune peuplement. Or, on sait que les pins sont particulièrement sensibles jusqu’à leurs 25 ans. Cela veut dire que jusqu’en 2030, on aura une vulnérabilité du massif, dont il faut tenir compte. »

Quels sont les moyens de lutte contre les incendies ?

Ils sont conséquents. « Les sapeurs-pompiers réalisent des visites quotidiennes de leur secteur », explique le colonel Dominique Mathieu, du Sdis (Service départemental d’incendie et de secours) de la Gironde, qui compte 5.500 pompiers. Le risque feu de forêt étant un risque très « météo-dépendant », un classement se fait la veille pour le lendemain. Des moyens de lutte et des personnels sont affectés en fonction de ce classement. « Nous définissons notamment un besoin de moyens aériens, qui peuvent venir en pré-alerte comme c’est le cas en ce moment, puisque nous avons deux Canadair à Nîmes, à trente minutes », poursuit le colonel Dominique Mathieu.

Par ailleurs, le système de tours de guet est activé tout l’été : au sommet de ces tours, 22 pompiers surveillent ainsi les éventuels départs de feu. Et dès le début de l’incendie, ils fournissent des informations cruciales, comme l’importance du panache de fumée, la vitesse du vent…

« La logique, c’est le départ immédiat : nous avons toujours dans nos centres de secours des personnels en astreinte », insiste le colonel Dominique Mathieu. « Des unités de lutte sont ensuite détachées sur les incendies, composées chacune de deux ou trois véhicules, avec des capacités en eau de 3.000 ou 6.000 litres. » Le Sdis de la Gironde dispose de 158 véhicules de ce type. Plus rarement et dans des cas particuliers, il fait appel à des véhicules Grande Puissance (10.000 ou 12.000 L).

Quelle est la tendance pour cet été ?

Météo France prévoyant un été avec de fortes chaleurs alternant avec des orages, les pompiers se disent particulièrement en alerte pour les prochaines semaines. Dans ce contexte, il est utile de rappeler qu’il est bien évidemment interdit de fumer - et de jeter ses mégots - en forêt, ainsi que d’allumer des feux.