Bordeaux: Un paquebot bientôt aménagé pour abriter 50 logements (pas chers) pour les jeunes

CRISE DU LOGEMENT La région Nouvelle-Aquitaine a lancé un appel à partenariat pour la création de 50 logements alternatifs destinés aux jeunes sur un paquebot fluvial. Il devrait être prêt pour la rentrée universitaire 2021

Elsa Provenzano

— 

Un bateau de type paquebot fluvial sera restauré pour accueillir 50 logements destinés aux étudiants.
Un bateau de type paquebot fluvial sera restauré pour accueillir 50 logements destinés aux étudiants. — Philippe Dorthe
  • Un projet pour installer 50 logements pour les jeunes sur un bassin d’un quartier bordelais est dans les tuyaux pour la rentrée 2021.
  • A bord, des chambres de 10 m2 avec sanitaires privatifs et des espaces communs de restauration, de travail et de loisirs.
  • La région a lancé un appel à candidatures et on devrait connaître l’opérateur retenu en septembre.

Une pénurie de logements pour les étudiants se fait sentir à Bordeaux, particulièrement depuis les deux dernières rentrées universitaires. Dans ce contexte, l’idée déjà portée en 2017 par le conseiller régional socialiste Philippe Dorthe de créer de l’hébergement étudiant sur un bateau refait surface. La région a lancé un appel à candidatures pour la réhabilitation d’embarcations en vue de créer des logements jeunes. On ne connaît pas encore l’opérateur mais un paquebot fluvial proposant 50 logements devrait accueillir des jeunes (étudiants, apprentis, jeunes en formation) à partir de la rentrée 2021.

Quel type de bateau pour quels types de logements ?

L’embarcation n’a pas encore été choisie mais devra être homologuée par la Communauté européenne et ce sera un paquebot fluvial de croisière, datant des années 90 à 2000, et mesurant de 75 à 85 mètres de long.

Aujourd’hui, un jeune doit débourser en moyenne 580 euros par mois pour se loger à Bordeaux et ce sera 300 à 350 euros pour une chambre de 10 m2 avec sanitaires privatifs sur le paquebot fluvial. « Il y a aura des espaces collectifs : ce type de bateau propose une grande cuisine qui sera réaménagée en espace de restauration et la salle de réception en salle de travail par exemple, explique Florence Bézie, experte qui a travaillé sur l’étude de faisabilité. On peut aussi imaginer une salle de fitness et un potager sur le pont ». Elle travaille aussi sur le projet de péniche logement des restaurants du cœur.

Où sera stationné le paquebot fluvial ?

Ces logements flottants seront amarrés dans le quartier des Bassins à flot. Dans le bassin fermé où il est prévu de l’installer il n’y a que très peu de courant et très peu de mouvements d’eau. « C’est moins dangereux que de se promener sur les quais », pointe Philippe Dorthe. Des garde-corps seront installés sur l’embarcation pour renforcer au mieux la sécurité. « Les quais des Bassins à flot sont équipés pour alimenter les logements en électricité, leur apporter Internet, précise Florence Bézie. Et évidemment aussi pour l’évacuation de toutes les eaux grises ». Si l’expérience bordelaise est concluante d’autres bateaux pourraient être aménagés sur le même modèle, « par exemple à Rochefort, La Rochelle ou Bayonne », ajoute le conseiller régional.

Quel coût et quel financement pour ce projet ?

Au total, le coût est évalué à 3,5 millions d’euros dont environ 10 % seront supportés par la Région. « Une subvention exceptionnelle sera aussi votée pour soutenir le projet », annonce Philippe Dorthe. L’investisseur désigné au terme de l’appel à partenariat deviendra propriétaire du bateau, géré ensuite via un bailleur spécialisé dans le logement jeune. On connaîtra l’opérateur retenu par la Région en septembre.

« Ces logements alternatifs ont de l’avenir et ne doivent pas seulement être une opportunité pour les restaurants et les boîtes de nuit (qui ont déjà investi le bassin) », conclut Philippe Dorthe.