Bordeaux: La Station Orbitale, le nouveau refuge périurbain de la métropole bordelaise

INSOLITE Bordeaux Métropole propose avec La Station Orbitale un onzième refuge périurbain, où le grand public peut aller passer une nuit, à la (re) découverte d’endroits insolites en pleine ville

Mickaël Bosredon

— 

La Station Orbitale, à Saint-Médard-en-Jalles, est le 11è et dernier refuge périurbain de la métropole bordelaise.
La Station Orbitale, à Saint-Médard-en-Jalles, est le 11è et dernier refuge périurbain de la métropole bordelaise. — JEAN-BAPTISTE MENGES
  • La Station Orbitale est une œuvre signée des frères suisses Grégory et Cyril Chapuisat.
  • Avec ce onzième refuge, implanté à Saint-Médard-en-Jalles, Bordeaux Métropole clôt son parcours de boucle d’itinérance métropolitaine.
  • L’an passé, les refuges périurbains, entièrement gratuits, ont accueilli quelque 7.000 personnes.

Ce sera le onzième, et dernier, refuge périurbain de la métropole bordelaise. La Station orbitale est un étrange vaisseau qui vient de se poser à Saint-Médard-en-Jalles. « Cette structure labyrinthique érigée vers le ciel, est composée de capsules savamment empilées et soutenues par de nombreux piliers » décrit la métropole.

L’évolution dans le Refuge est « censée rappeler celle des astronautes dans une station spatiale. » « Des sorties dans l’espace » sont d’ailleurs prévues grâce à un toit terrasse juché à 6 mètres de haut offrant un panorama sur l’Arboretum, une prairie boisée située à l’entrée du parc des Jalles.

Il peut accueillir jusqu’à 11 personnes

Dessiné par les frères suisses Grégory et Cyril Chapuisat, qui proposent des œuvres aux confins de la sculpture monumentale et de la micro-architecture, ce Refuge peut accueillir jusqu’à 11 personnes. La réalisation a été confiée à Zébra3/Buy-Self, association bordelaise qui intervient dans le domaine de l'art contemporain. Le monument sera officiellement inauguré le 13 juin.

« L’installation de ce onzième et dernier Refuge clôt la boucle d’itinérance métropolitaine à la découverte des nombreux paysages périurbains de l’agglomération bordelaise », explique la métropole.

Des refuges ouverts 7/7 jours du 1er mars au 30 novembre

C’est la huitième année que celle-ci propose ces refuges au grand public, pour passer une nuit dans un endroit insolite de la banlieue bordelaise, à la (re) découverte du territoire. On peut ainsi aller s’évader au Tronc Creux, à Pessac, à Neptunea sur les berges du Lac, ou au Hamac à Gradignan…

Les « Refuges périurbains » sont gratuits et ouverts au public, sept nuits sur sept, du 1er mars au 30 novembre. Toutes les démarches d’inscription et l’ensemble des informations pratiques permettant de préparer chaque nuitée sont à retrouver sur le site internet dédié. On ne peut pas réserver plus d’une nuit par saison et par « Refuge ».

En 2018, ces structures ont accueilli quelque 7.000 personnes.