Gironde: Avis favorable pour la reprise des travaux de la déviation routière du Taillan-Médoc

DEPLACEMENTS Arrêtés en 2014, les travaux de cette déviation routière attendus depuis 30 ans, sont autorisés à reprendre, sous conditions

Mickaël Bosredon

— 

Environ 1.500 camions traversent chaque jour la ville du Taillan-Médoc
Environ 1.500 camions traversent chaque jour la ville du Taillan-Médoc — M.Bosredon/20Minutes
  • Le conseil national de protection de la nature a émis une série d’exigences à la reprise de ces travaux, comme l’acquisition de parcelles pour le développement de la biodiversité, et la création de corridors pour la faune.
  • Cette déviation de 8 km est attendue depuis une trentaine d’années localement, et doit permettre de dévier les 20.000 véhicules qui traversent quotidiennement la ville du Taillan.

Lancés en 2014, les travaux de la déviation routière Saint-Aubin-Le Taillan, attendus depuis une trentaine d’années, avaient été brutalement stoppés. Le chantier avait dû être arrêté suite à l’annulation partielle de l’arrêté de dérogation au code de l’environnement, autorisant la destruction d’habitats d’espèces protégés.

Après de nouvelles études, une nouvelle demande avait été déposée devant les services de l’Etat. Le conseil départemental de la Gironde vient d’annoncer que « le conseil national de protection de la nature (CNPN) a rendu un avis favorable sous conditions concernant la déviation de Saint Aubin-Le Taillan. Les conditions portent notamment sur le respect de différentes mesures, comme « le suivi du chantier par une équipe d’écologues pendant toute la durée des travaux et au-delà de la mise en service, et la mise en place d’un comité de suivi et de gestion. »

Mesures de compensation ambitieuses

Le CNPN réclame également des mesures de compensation ambitieuses : acquisition de parcelles favorables au développement de la biodiversité à proximité du projet, et demande à ce que soit favorisée « la continuité des corridors de biodiversité (ouvrage de franchissement réservé à la faune, passages à petite faune sous la chaussée, écrans de protection…) ​ »

Le président du département Jean-Luc Gleyze (PS) a assuré que « toutes les remarques émises par le CNPN seront prises en compte pour accroître l’exigence environnementale de ce projet» Il ajoute qu’il sollicitera prochainement la préfète de la région Nouvelle Aquitaine, pour prendre l’arrêté indispensable au lancement des travaux.

Désenclaver le Médoc

Longue de près de 8 kilomètres, cette nouvelle route contournera Le Taillan-Médoc, ville de l’agglomération bordelaise traversée quotidiennement par 20.000 véhicules dont plus de 1.000 camions.

Elle doit aussi permettre de désenclaver le Médoc, et mieux desservir le nord de la métropole de Bordeaux.