VIDEO. Municipales 2020: «Mon parti c’est Bordeaux», déclare le maire LR au lendemain de la démission de Laurent Wauquiez

POLITIQUE Au lendemain de la démission de Laurent Wauquiez de la présidence du parti Les Républicains (LR) après un score historiquement faible aux Européennes, le maire LR de Bordeaux Nicolas Florian s’exprime

Elsa Provenzano

— 

Nicolas Florian, maire de Bordeaux
Nicolas Florian, maire de Bordeaux — M.Bosredon/20Minutes
  • Le maire de Bordeaux (LR) s’exprime au lendemain de la démission du président du parti Les Républicains après le score historiquement bas réalisé aux Européennes.
  • Suivant le modèle d’Alain Juppé, il souhaite se présenter sans étiquette, dans un esprit rassembleur.
  • Il va réfléchir à son positionnement vis-à-vis de LR, qui doit retravailler selon lui sur une doctrine.

Nicolas Florian s’est installé dans le fauteuil de maire de Bordeaux depuis près de trois mois, après la nomination d’ Alain Juppé au Conseil Constitutionnel. Encarté chez Les Républicains (LR) il a réagi ce lundi, en marge du conseil municipal, au départ de Laurent Wauquiez du parti. Et, à l’image de ce qu’avait fait son mentor en politique, Alain Juppé, il veut prendre du recul sur la politique nationale, pour se consacrer uniquement à sa ville.

« Malgré le peu d’affinités que nous entretenions monsieur Wauquiez et moi, j’ai beaucoup de respect pour ceux qui militent et s’engagent », a-t-il commencé, refusant de taper sur l’ex-leader du parti de droite.

Un parti LR « sinistré »

« Aujourd’hui ce parti est sinistré, le résultat des élections européennes en est un bel exemple, a-t-il continué. Je crois que c’est la première fois dans l’histoire de la Ve République ou même depuis la Guerre que le parti de la droite et du centre, gaulliste, fait si peu [8,48 %] pour une élection majeure. Cette famille politique est aujourd’hui en grande difficulté et doit retravailler sur un corpus et une doctrine. »

Il observe qu’à la lumière du scrutin européen, les électeurs historiques de la droite et du centre sont aujourd’hui derrière le président de la République. « Ils considèrent régulièrement que la politique menée par Macron est celle qui aurait pu être menée par Fillon, Le Maire et Alain Juppé », estime-t-il.

« Ma priorité c’est Bordeaux »

Celui qui a été plusieurs années secrétaire départemental de LR en Gironde a depuis pris du recul, pour se consacrer uniquement à son mandat de maire. Il attend de voir comment le parti va évoluer dans les semaines et mois qui viennent. « Je vais regarder attentivement s’il y a une capacité des uns et des autres à reconstituer un axe politique qui puisse à terme représenter une alternative, ce que je ne crois pas pour le moment », réagit-il.

Comme il l’a souligné, à Bordeaux Alain Juppé se présentait aux municipales sans arborer l’étiquette LR et sur ce point, il compte encore marcher dans ses pas « Moi, comme je l’ai déjà dit en devenant maire, ma priorité c’est Bordeaux, mon parti c’est Bordeaux », martèle-t-il. Il se dit dans son élément à parler des comptes administratifs, de l’encadrement des trottinettes électriques ou des budgets participatifs plutôt qu’à ergoter sur le projet politique de LR. « Je me lève maire de Bordeaux et je me couche maire de Bordeaux, ça me réveille parfois la nuit de savoir ce que je vais faire le lendemain ou sur les grandes décisions mais les contingences politiques nationales, elles, ne me réveillent pas. »

Son ambition pour les municipales de 2020 c’est avant tout de rassembler « J’ai autour de moi des gens de la majorité présidentielle, deux élus LREM, d’autres encore LR et d’autres qui n’ont pas d’étiquette. C’est ce qui fait aussi la force de l’équipe municipale. » Le parti Esprit Bordeaux œuvre déjà à ce rassemblement de « tous ceux qui veulent participer à l’action municipale », assure-t-il.

Les Européennes et les municipales sont des scrutins très différents et dans dix mois Nicolas Florian compte bien se présenter avant tout comme un Juppéiste, qu’il ait choisi de se débarrasser de l’étiquette LR ou pas, d’ici l’échéance électorale.